Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'origine                     Derrida, l'origine
Sources (*) : Les mots de Jacques Derrida               Les mots de Jacques Derrida
Pierre Delain - "Les mots de Jacques Derrida", Ed : Guilgal, 2004-2016, Page créée le 24 février 2006 L'oeuvre supplée l'origine

[Derrida, l'origine]

L'oeuvre supplée l'origine Autres renvois :
   

Derrida, le commencement

   

Derrida, l'invention

   
                 
                       

1. Impossibilité.

La première interrogation sur l'origine, c'est de se demander s'il y en a. La réponse de Jacques Derrida est ambiguë. Il est impossible de commencer, mais impossible aussi de ne pas en faire un point focal de son interrogation. A chaque instant nous expérimentons des figures de l'origine : un enfant naît, il arrive (c'est l'arrivant absolu); ou bien quelqu'un nous regarde, et de ce regard émane un point zéro, une altérité irréductible.

De quelle origine s'agit-il? Du déclenchement d'un mécanisme, c'est-à-dire d'un commencement? Ou d'un désir d'origine, de ce qui supplée à l'origine pour faire naître le mouvement du supplément, de la différance elle-même disséminatrice, productrice de l'acte du différer? S'il y avait un absolu originaire, cette production de différences serait plus originaire encore que la différence ontico-ontologique de Heidegger. Mais, selon Derrida, de l'absolu originaire, il n'y en a pas; il n'est présent qu'en se différant sans relâche.

L'origine n'est pas nécessaire, elle est contingente, c'est un produit fantasmatique. Pour répondre à une demande de vérité, il faut raconter ce qui a eu lieu, et qui reste invisible. Poser à ce propos la question de l'Être reconduit au logocentrisme.

Imaginer le cogito comme point-zéro, c'est prendre un point de vue métaphysique. On situe le logos au point d'origine, oubliant qu'il a lui-même un père, et qu'à l'origine du logos, il faut exorciser le pharmakon.

Le concept d'origine suppose un signifié originaire, transcendantal, qui occupe une fonction dans le système des significations organisé autour de l'interdit. Il oriente toute signification, mais n'a pas de sens. C'est le point fictif auquel nul autre point ne peut se substituer.

 

2. Acquiescement originel.

Une révélabilité archi-originaire, en-deça de la révélation, rend possible le lien fiduciaire qui ouvre l'autre. Elle suppose un acquiescement, un oui originel préalable à toute parole. Là se fonde tout crédit, la foi, la science et aussi la loi.

 

3. Reste.

Au départ, il y a le vestige d'une répétition, d'un effacement, dont l'opposition entre originaire et dérivé n'est qu'un effet. Sa trace a disparu, elle nous hante comme un modèle, un paradigme que nous croyons premier. Mais ce lieu/non-lieu se dérobe. Il en reste une archi-trace - qui n'a jamais été présente. Alors commence la religion. Cette hantise peut aussi se traduire par des mots inconnus, des mots-spectres incompréhensibles (allosèmes) enfermés dans une crypte. Le psychanalyste tente de restituer ces mots par le récit mythique, poétique d'un événement pré-originaire qui a eu lieu - mais sans avoir été.

 

4. Héritage.

Pour valoir comme telle, l'origine doit se conserver, elle doit porter une promesse d'héritage ou de tradition. Originarité et itérabilité sont liées dans une même structure, celle de la marque.

Nous avons tendance à assigner une origine aux traditions dont nous sommes légataires. Par exemple, les philosophes affirment en général que la philosophie, ou le droit, ou la démocratie, ont une "origine" gréco-romaine. Mais quand d'autres cultures s'en emparent il apparaît que ces traditions sont bâtardes, greffées et polyglottes.

 

5. Le rien et son retour.

A l'origine, le souverain s'exagère, s'augmente. Mais il s'augmente de quoi? D'un rien qui fait exception, qui fait naître sans engendrer (Khôra).

Le mouvement qui disloque et barre l'origine, celui de la différance, est aussi eschatologique. Peut-être l'art n'est-il que l'étrange familiarité de ce retour.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Toute l'oeuvre de Jacques Derrida est une interrogation sur l'origine

-

Il n'y a ni degré zéro ni origine simple, car le commencement est toujours déjà un supplément d'origine

-

L'origine est produite sur le mode fantasmatique d'un contingent restant

-

Toutes les oppositions qui tiennent à la distinction entre l'originaire et le dérivé perdent leur pertinence dès lors que tout commence par le vestige

-

L'archi-trace est la trace originaire : celle qui, à l'origine de l'origine, a disparu

-

La différance est l'origine et le mouvement actif de toutes les différences

-

La différance, concept économique désignant la production du "différer", est plus originaire que la différence ontico-ontologique

-

Le concept d'origine n'est, comme l'inceste, qu'une fonction inscrite dans le système de signification inauguré par l'interdit

-

Un point de non-remplacement dans le système des significations est le point fictif d'origine des langues, de prohibition de l'inceste et de naissance de la société : la différance

-

L'absolu originaire n'est présent qu'en se différant sans relâche

-

Loi de la dissémination : tout commence par une doublure

-

Il est impossible de commencer

-

La khôra situe le mouvement, elle fait place à l'espacement, elle fait naître sans engendrer

-

L'origine, pour valoir comme telle, doit s'altérer, selon la structure paradoxale de l'itérabilité

-

La tâche d'un philosophe, c'est de pousser l'analyse aussi loin que possible jusqu'au moment où l'on touche à l'arrivant

-

En un lieu désertique, d'extrême abstraction, s'ouvre la possibilité du lien à l'autre en général, du lien fiduciaire qui précède toute communauté ou religion positive

-

La première figure de l'arrivant absolu, de l'origine d'un monde, c'est la naissance d'un enfant

-

Le Cogito est un point-zéro où la raison et la folie, le sens et le non-sens se rejoignent en une origine commune

-

Une révélabilité, plus originaire que la révélation, indépendante de toute religion, est peut-être le lieu d'origine de la foi

-

Un lien entre singularités (relegere) fait de scrupule et de respect précède toute religion positive qui lie les hommes entre eux ou avec Dieu (religare)

-

En photographie, l'effet de réel tient à l'irréductible altérité d'une autre origine du monde dont émane un regard, en un point zéro de l'apparaître

-

Un Oui originaire, acquiescement donné à quelque présentation de soi, survit à toutes les négativités

-

L'archi-originaire de la religion se tient en un lieu de retrait où tout crédit se fonde : désert dans le désert, origine qui est la duplicité même, entre khôra et messianisme

-

La loi de la loi, c'est qu'elle doit être sans histoire, sans genèse, sans origine, sans dérivation possible, elle ne doit donner lieu à aucun récit

-

Un récit répond à une demande de vérité : il faut raconter ce qui a eu lieu, une scène de sur-vision qui touche à l'aveuglement, à l'origine invisible de la visibilité

-

La déconstruction est une pensée de l'origine et des limites de la question : "Qu'est-ce que?"

-

L'inversion du pharmakon est à l'origine de l'épistémé, du logos et de la soumission à la loi

-

Le logos est un fils dont l'origine est son père, et qui se détruirait sans sa présence

-

Dans la tradition métaphysique, le logos est l'origine

-

Le souverain est celui qui, par une exaction originaire, a le droit de s'exagérer démesurément, de s'augmenter de rien [création ex nihilo]

-

Une crypte ne respecte pas l'ordre commun : à la place d'un premier mot ou objet, elle garde un lieu introuvable - qui n'est pas le premier

-

La structure anasémique appelle un récit mythique, poétique : celui d'un événement pré-originaire qui, sans avoir été, aurait eu lieu

-

Ni la philosophie, ni le droit, ni la démocratie ne sont assignables à une origine, une langue ou un peuple uniques : ils sont bâtards, greffés et polyglottes

-

Le signifié central originaire n'a pas de lieu naturel, il est une fonction où se jouent à l'infini substitutions de signes et systèmes de différences

-

Les mots sont des spectres : avec eux revient l'origine, et aussi la perte inéluctable de l'origine

-

L'art n'est peut-être qu'une intense familiarité avec l'inéluctable originarité du spectre

-

Le dessinateur raconte l'histoire du "modèle" comme celle d'un paradigme qui nous hante parce que nous le croyons "premier"

-

Quand le fondement de la croyance se dérobe, quand il perd la trace de lui-même, la religion ne peut que commencer et recommencer

-

La différance, ce désir eschatologique d'originarité, est aussi le mouvement qui disloque et barre l'origine

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaOrigine

AA.BBB

DerridaCheminements

OR.IGI

ArchiOeuvreArchi

CC.LKD

AF_DerridaOrigine

Rang = zQuois_Origine
Genre = -