Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le monde comme surface visuelle                     Le monde comme surface visuelle
Sources (*) : La perspective immédiate               La perspective immédiate
Nina Messham - "Trop proche de la bouche", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 25 février 2006

 

-

[Aujourd'hui le monde est perçu comme surface et la profondeur comme artefact]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Comme Maurice Denis l'avait constaté dans une célèbre citation, la peinture est soudain apparue aux modernes comme pure surface. Ce n'est pas un hasard si cette époque est aussi celle de l'émergence de la photo et de l'écran. Peu à peu, le monde entier sera perçu comme surface visuelle. Avantage : nous voyons sans être vus. Inconvénient : la profondeur n'étant plus dans l'image, il faut soit s'en passer complètement (comme dans le pop-art) soit la restituer par d'autres moyens. Cézanne a passé sa vie à chercher à résoudre ce problème. Sa solution (privilégier la tension entre la surface et l'objet) est géniale mais trop difficile à mettre en oeuvre pour qu'il ait eu des disciples.

L'impossible jonction entre surface et profondeur, dans son ambiguité, fait basculer du moderne vers le contemporain où l'on joue sur les ambiguités de la surface, par exemple la tresse.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Un tableau est essentiellement une surface plane, recouverte de couleurs, en un certain ordre assemblées

-

Cézanne vise une peinture pure dans laquelle la matérialité de la surface prévaut sur l'illusion

-

Le Talisman (Paul Sérusier, 1888)

-

Avec le cinéma, le visionnement est devenu notre mode naturel de perception : voir le monde en ayant le sentiment de n'être pas vu

-

Depuis Cézanne, la peinture moderniste est identifiée à une tension entre le contenu du tableau et sa surface

-

La peinture contemporaine se désintéresse du moderne comme du postmoderne

-

La peinture néo-figurative contemporaine n'a plus rien à faire au-delà d'elle-même : superficie sans profondeur, elle renonce à s'adresser au sujet

-

La tresse est une alternative à la dualité profondeur / surface entre laquelle oscille la peinture

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Nina
IVocalSurfaces

AA.BBB

IVocalImmediat

DD.LDD

FS_IVocalSurfaces

Rang = zQuois_Surface
Genre = -