Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Léonard de Vinci                     Léonard de Vinci
Sources (*) :              
Sigmund Freud - "Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci", Ed : Gallimard, 1987, p64

 

Tete de femme (Leonard de Vinci, 1470) -

La lenteur de Léonard de Vinci est un symptôme de son inhibition, signe annonciateur de son éloignement de la peinture qui interviendra plus tard

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Vasari reproche à Léonard de Vinci de ne pas avoir fait son devoir d'artiste, en donnant la priorité à sa passion pour la recherche sur la peinture. Il gaspillait son temps au lieu de peindre assidûment. Il prenait le pinceau sans plaisir, peignait de moins en moins et rarement, laissait les peintures inachevées et se souciait peu du sort ultérieur de ses oeuvres. Pour ses contemporains, son rapport à l'art demeurait une énigme. Il travaillait avec une lenteur proverbiale et se disait incapable d'achever ses tableaux (même si nous les jugeons achevés, comme Mona Lisa).

Il était d'humeur paisible, évitait les antagonismes et les querelles. Végétarien, donnait la liberté aux oiseaux sur les marchés. Il détestait la guerre, mais concevait de nouveaux armements et assistait (à titre documentaire) au supplice des condamnés, où il pouvait faire preuve d'une certaine indifférence. Par rapport à la sexualité, il était probablement abstinent, même s'il a eu des relations ambiguës avec certains garçons.

Sa devise était : "On n'a pas le droit d'aimer ou de haïr quelque chose si on ne s'est pas acquis une connaissance profonde de l'être de cette chose". Il aurait voulu soumettre l'amour au travail de la pensée (tâche probablement impossible); ce qui explique son indifférence apparente au bien et au mal, au beau et au laid, et aussi la pauvreté de sa vie amoureuse.

 

 

Il transformait ses pulsions en désir de savoir, ce qui le conduisait à transfigurer la science de la nature en émotion quasiment religieuse, et lui fit progressivement renoncer à l'exercice de l'art d'où il était parti.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Freud
VinciParcours

EI.FFI

W.Leonard

Rang = O
Genre = MR - IB