Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'art, l'oeuvre                     Derrida, l'art, l'oeuvre
Sources (*) : Derrida, auto - affection               Derrida, auto - affection
Jacques Derrida - "La vérité en peinture", Ed : Flammarion, 1978, pages 55 et 146

 

Robe du soir (Georges Barbier, 1922) -

Le sublime remue l'esprit

Le "plaisir désintéressé" produit par l'objet beau ou sublime est un "se-plaire-à" : une auto-affection purement subjective

Le sublime remue l'esprit
   
   
   
Derrida, le beau Derrida, le beau
Derrida, plaisir, jouissance               Derrida, plaisir, jouissance  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

1.

Derrida commente la notion kantienne de plaisir désintéressé (uninteressirten Wohlgefallen), procuré par un jugement de goût, tel que définie dans la troisième Critique. De quoi s'agit-il? Pas d'une connaissance ni d'une satisfaction procurée par l'objet, mais du rapport du sujet à son affect. Le jugement ne se rapporte pas à l'objet, mais au sujet, à l'affect subjectif. Il est esthétique et non pas logique. Le plaire ainsi produit est indifférent à l'existence de l'objet. Le sujet affecté ne s'y intéresse pas comme tel, il en fait son deuil. Telle est l'énigme du beau : un plaisir libéré par une sorte de réduction transcendantale où la chose est réduite à rien, son existence ramenée à un pur jugement de goût.

 

2.

Un tel plaisir se livre dans la pureté de son essence. Il ne dépend plus d'aucune empiricité. Il neutralise, met à mort ou en crypte tout ce qui existe en tant qu'il existe. Il ne désigne rien de l'objet. Dans ce jugement subjectif, le sujet est, lui aussi, inexistant, mis à part le jugement qu'il émet : "ceci est beau". Je n'ai de complaisance ni pour moi-même, ni pour l'objet se dit-il. Je-me-plais-à, à quoi? à me plaire. Comme le dit Derrida : Je-me-plais-à-me-plaire-à, c'est une auto-affection dans laquelle l'affect s'affecte lui-même de lui-même.

Le tour de force du beau est qu'il sort de son dedans. Si je dis "elle est belle", c'est qu'il y a de l'objet, mais je ne peux pas jouir de l'objet, je ne peux pas non plus en dire quoi que ce soit de logique. L'objet est tout-autre, il est pure objectivité, il n'a d'existence que par mon affect : je-me-plais-à trouver qu'il est beau.

 

 

3.

La pure auto-affection qui m'affecte (en tant que sujet) est habitée par une hétéro-affection elle aussi radicale, irréductible, car l'objet beau reste dehors, il n'entre pas dans un rapport sujet-objet.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArt

DF.BIP

DerridaAutoAffection

IG.GOP

ArtSublime

KD.JED

DerridaBeau

JG.LJG

DerridaPlaisir

SU.BJE

T.satisfaction

Rang = I
Genre = MR - IB