Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Benjamin, l'aura                     Benjamin, l'aura
Sources (*) : L'aura est inexplicable               L'aura est inexplicable
Walter Benjamin - "Oeuvres III", Ed : Folio-Gallimard, 2000, p273 - L'oeuvre d'art à l'époque de la reproductibilité technique

 

-

[A la plus parfaite reproduction d'une oeuvre d'art, il manquera toujours quelque chose : l'unicité de son existence au lieu où elle se trouve (son aura)]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Selon Benjamin, pour qu'un objet possède une aura, il faut qu'il soit authentique, unique. Un tel objet est une sorte de monade, dont l'unicité ne peut être à chaque fois décrite que de façon concrète. Par exemple il a subi le travail de l'histoire : les altérations, la liste de ses possesseurs, de ses usages. Ou bien il a pour particularité de produire un choc, de suspendre les clichés linguistiques. Mais ces critères restent vagues, imprécis. Que dire d'une oeuvre qui ne possède pas d'original (un film par exemple)?

Dans la société moderne, l'aura est ébranlée. La valeur cultuelle de l'oeuvre, qui traditionnellement soutenait l'aura, est remplacée par la valeur d'exposition. Quand la plupart des oeuvres sont reproductibles et approchent en qualité de l'original, voire le dépassent, le "hic et nunc" de l'oeuvre d'art est déprécié. L'évolution est encore plus radicale au cinéma. En jouant devant un appareil (et non pas devant le public), l'acteur accepte a priori de renoncer à son aura, et avec cette renonciation, s'efface aussi l'aura des personnages représentés. On n'est plus en présence d'une oeuvre unique, mais d'une fiction reproductible. Ce bouleversement se propage à toute la société.

[A une époque où l'on ne remarque même plus l'apparition et la disparition des étoiles dans le ciel des grandes villes, on peut craindre la perte définitive de l'aura].

Sauf que... les choses sont plus complexes. Dans la formulation de Benjamin : L'aura est l'unique apparition d'un lointain, si proche soit-il, le lointain est indéterminé. Ce que l'aura restitue peut être, par exemple, l'expérience d'un immémorial, d'un langage perdu, d'un nom secret ou d'un sacré qui fait l'objet d'un culte. Cette expérience n'est pas nécessairement incompatible avec une réception collective. Dans les années 1840-50, certaines photographies conservaient leur aura, même si d'autres l'avaient complètement perdue (par exemple celles d'Atget).

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'aura est l'expérience fulgurante du surgissement de l'immémorial - comme une étoile filante dans la constellation du monde intelligible

-

L'aura est l'unique apparition d'un lointain, si proche soit-il

-

L'expérience de l'aura, cette nostalgie du lointain qui fait écho à l'irruption fulgurante de l'Ange du nouveau, se vit à travers notre rapport à l'univers des noms

-

Le mode d'intégration primitif de l'oeuvre d'art, lié à l'aura, trouve son expression dans le culte

-

La photographie est authentique quand le choc produit par les images suspend, chez le spectateur, les clichés linguistiques

-

Une oeuvre est une monade, et ses sources ne sont connaissables qu'à partir des points de vue multiples, non totalisables, qu'on peut avoir sur elle

-

La reproductibilité technique de l'oeuvre d'art l'ébranle en son autorité et la touche en son point le plus vulnérable : son authenticité

-

La prévalence de la valeur d'exposition sur la valeur cultuelle de l'oeuvre d'art se traduit par un changement qualitatif qui affecte sa nature même

-

A l'époque de la reproductibilité technique, l'aura de l'oeuvre d'art dépérit, et ce dépérissement est un symptôme de la crise que traverse l'humanité

-

Il est du principe de l'oeuvre d'art d'avoir toujours été reproductible

-

La reproduction médiatique, qui associe fugacité et répétition, n'est pas perçue comme l'image originale, qui associe durée et unicité

-

A l'époque moderne, alors que la révolution industrielle détruit l'aura, on ne remarque plus le moment où les étoiles apparaissent ou disparaissent dans le ciel des grandes villes

-

Dans les premiers temps de la photographie, le conditionnement technique ne nuisait pas à l'aura car l'objet et la technique se correspondaient

-

Atget inaugure la libération de l'objet par rapport à l'aura, qu'accomplira le surréalisme

-

La technique de production des films ne permet pas seulement leur reproduction et leur diffusion massive, elle l'exige

-

Un aspect de la crise de la peinture est qu'à une époque où l'oeuvre d'art prétend s'adresser aux masses, elle ne peut pas s'offrir à une réception collective simultanée

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

BenjaminW
BenAura

AA.BBB

BenjaminAura

MA.AUT

HR_BenAura

Rang = N
Genre = -