Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'hospitalité                     Derrida, l'hospitalité
Sources (*) : Les mots de Jacques Derrida               Les mots de Jacques Derrida
Pierre Delain - "Les mots de Jacques Derrida", Ed : Guilgal, 2004-2016, Page créée le 1er avril 2006 Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels

[Derrida, l'hospitalité]

Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels Autres renvois :
   

Derrida, l'autre

   

Derrida, le messianique

   

Derrida, l'éthique

Derrida, l'éthique Derrida, l'éthique
                 
                       

1. Deux hospitalités.

A l'égard d'un visiteur, j'ai deux attitudes possibles : l'invitation si je le reçois en fonction des règles en usage chez moi; la visitation si je laisse ma maison ouverte. Dans le premier cas, l'hospitalité est conditionnelle; dans le second elle est inconditionnelle, ou "pure" , ou absolue. L'étranger de la visitation, qu'on appelle aussi arrivant absolu, est indéterminé. Ce peut être n'importe qui. Pour l'accueillir, l'hôte lève les barrières immunitaires avec lesquelles il se protégeait. Il accepte de s'exposer à ce visiteur dont les lois et les comportements sont imprévisibles, de se transformer en fonction de ce qui arrive, au risque de perdre son identité. Il accepte que le visiteur fasse la loi chez lui, même si ce "chez soi" devient impossible à vivre.

L'hospitalité pure n'est pas un programme, ni une règle de conduite, ni une notion politique ou juridique. Elle ne relève pas de la morale, mais plutôt de la culture en tant qu'elle implique une manière d'être chez soi et avec les autres, un style, un éthos. Jacques Derrida en propose une définition stricte, conceptuelle. Son hospitalité inconditionnelle (ou visitation) est un principe à maintenir, un concept liée à la structure de messianité qui caractérise l'expérience humaine de la croyance : nous sommes irréductiblement exposés à la venue de l'autre.

 

2. Le principe de l'hospitalité pure, ses sources.

L'hospitalité n'est pas un choix, une décision, c'est une loi, celle qui ouvre la possibilité de l'accueil. L'accueil ne se fait pas à partir d'un chez-soi déjà établi, mais à partir d'un "oui" de l'autre qui n'est pas acquis, mais promis. C'est ce "oui" de l'autre, pré-originel (une arkhè d'avant même le commencement), qui ouvre la possibilité d'un "oui" à l'autre - d'un accueil hospitalier. Le sujet ne peut répondre qu'à un autre qui l'aura déjà accueilli. Cet accueil est irréductible, sans cause : il faut commencer par répondre.

L'hospitalité n'est pas le produit d'un raisonnement, on ne la démontre pas, on la déclare. C'est un coup de force, un axiome, l'invention d'un nouveau langage qui peut s'inscrire dans des traditions ou des fidélités mais les déborde, comme il déborde la pensée purement politique ou la langue courante. Tout commence donc par la paix, même si, dès le départ, cette paix, confrontée au tiers, peut être oubliée, rejetée, transformée en guerre, en hostilité.

Emmanuel Lévinas a fait de ce temps d'ouverture de l'éthique, d'accueil absolument originaire, un trait féminin. Jacques Derrida conteste cette thèse. Le préséance de l'accueil, y compris dans sa propre maison, n'a rien de naturel. On ne peut pas la réduire à la figure d'une altérité féminine construite à partir de l'androcentrisme classique. L'exigence d'hospitalité pure, excessive, intenable, inconditionnelle, qui est (toujours selon Derrida reprenant une formule de Lévinas) l'éthicité même, le tout et le principe de l'éthique, oblige à l'égard de tout autre. Ce rapport ne s'instaure pas par accident, mais par une séparation radicale, dans un quasi-moment, pré-originaire, d'accueil du tout autre, où le sujet accueillant l'autre devient son otage. Dans cette subjectivation, le chez-soi ne procure ni sol stable, ni fondement, ni enracinement. Il ne fait que répondre à une errance, l'arrêter - sans possession ni sacralisation de ce lieu ou cette terre.

 

3. Notre responsabilité, entre le conditionnel et l'inconditionnel.

Les deux hospitalités sont hétérogènes, mais indissociables. L'hospitalité inconditionnelle, inacceptable en pratique, est incontournable conceptuellement. Elle transcende les institutions et s'impose comme l'altérité de l'autre. Même dans l'athéisme le plus radical, même si Dieu nous abandonne, ce désir d'altérité, laisser venir l'autre, réside en moi et aussi dans la langue, qui ne peut ni éviter d'accueillir des hôtes incompréhensibles, ni s'opposer aux transformations, aux marques externes qui viennent modifier sa syntaxe et son lexique.

On ne sait jamais ce qui arrivera, ni de quoi l'hospitalité sera faite. Toujours conditionnée, médiatisée par un tiers : l'institution, la justice, l'Etat, etc., elle n'est jamais pure. Nous avons la responsabilité d'inventer un lieu de rencontre, de compromis, d'émergence poétique, qui lui laisse une place chaque fois unique, dans le droit et au-delà du droit. Il n'y a pas d'éthique sans rapport au tiers, et le tiers peut se révéler dangereux, menaçant, risqué, voire pire. L'hospitalité ne va pas sans hostilité (hostipitalité), mais elle permet de conjurer une autre menace, aussi grave, celle de l'insuppléable ou de l'irremplaçable. En effet si l'ipséité était la loi, si l'identité se stabilisait définitivement, nous deviendrions fous.

 

4. Les figures de l'hospitalité : paix, tolérance, accueil des réfugiés, etc..

Ce qui se dit de l'hospitalité peut aussi se dire de la tolérance. Alors que la tolérance d'inspiration chrétienne est avant tout charitable (j'accepte de supporter l'autre, bien que nous n'ayions pas la même appartenance, mais je garde le contrôle sur mon chez moi), l'autre tolérance est pensée comme scrupule, respect devant l'altérité infinie ou l'hétérogénéité de l'autre. Elle est intenable, incontrôlable, mais incontournable.

Le principe d'hospitalité ne prescrit aucune règle précise de comportement, mais il n'est pas non plus sans effet. Son inscription dans le discours conduit à proposer de nouveaux concepts, ou à donner d'autres sens à des concepts anciens. Exemples :

- Kant a proposé le concept de paix perpétuelle. Mais il ne s'agit que d'une paix instituée, qui dépend d'une négociation politique. Aussi cosmopolitique soit-elle, elle reste conditionnelle.

- la ville-refuge, qui renouvelle le droit d'asile,

- le métissage des cultures, qui expose à l'étranger.

 

5. Au-delà de l'humanisme.

Si la loi d'hospitalité est infinie, elle ne vaut pas seulement pour l'humain, mais aussi pour l'enfant, l'animal, le végétal, pour tout vivant et aussi pour tout non-vivant (la pierre, le minéral). Qu'il s'agisse de manger ou de vivre en un lieu, elle se pose en termes de respect, de don dans le rapport à l'autre.

Dire "Viens" à l'autre, penser l'événement dans sa différence incalculable, imprévisible, c'est ouvrir un espace messianique. Le Viens" ne doit pas enfermer l'autre dans un désir, un ordre ou une demande de type religieux. Il doit rester abstrait, désertique, indéterminé, sans contenu. Humain, animal, spectre ou Dieu, on ne connaît pas l'arrivant. On peut le craindre, mais aussi le chasser ou le conjurer. Hospitalité et exclusion vont de pair.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'hospitalité inconditionnelle (visitation sans invitation) est un principe à maintenir; ce n'est pas un concept politique ou juridique

-

L'hospitalité inconditionnelle lève l'immunité qui nous protège contre le tout autre; elle est impossible à vivre et incompatible avec quelque statut que ce soit

-

Par un coup de force qui n'est autre qu'une déclaration de paix, la déclaration de la paix même, Lévinas invente un nouveau langage qui ouvre à l'hospitalité

-

L'hospitalité inconditionnelle n'est ni juridique, ni politique, ni éthique : elle est transcendante et ne dépend même pas d'une décision

-

Les deux hospitalités sont hétérogènes et indissociables : conditionnelle, car il faut bien déterminer ce qu'on donne; inconditionnelle, car sans elle, on ne donnerait rien

-

Les mots "pur" et "infini" traduisent l'inconditionnalité

-

Le "messianique", c'est laisser venir l'autre, s'exposer à la surprise absolue de sa décision, sans rien en attendre

-

L'hospitalité est l'exposition à l'autre, en tant qu'il nous affecte

-

L'éthique, c'est l'interruption de soi par soi : une séparation radicale qui conditionne l'hospitalité et la subjectivité du sujet hôte, otage, responsable d'autrui

-

Avec le sujet-otage, ce quasi-moment pré-originaire d'accueil du tout autre, du Il, du séparé, Lévinas subordonne le concept de sujet à une éthique du retrait, de l'hospitalité

-

La philosophie de Jacques Derrida est la philosophie de l'"hétérogène en général", qui est la condition de l'hospitalité

-

Il y a "visitation" (hospitalité pure) quand l'autre n'est ni invité, ni attendu, et que je dois me transformer pour lui

-

On peut désormais penser une "autre tolérance" comme scrupule, retenue, respect devant la distance de l'altérité infinie

-

Un "oui" de l'autre précède toujours déjà, pré-originellement, le "oui" à l'autre - cette réponse qui ouvre à l'infini de l'autre, l'accueille, lui répond

-

Il n'y a pas de "premier" oui, le oui est déjà une réponse, un appel qui ne peut s'entendre lui-même que depuis la promesse d'une réponse

-

L'hospitalité n'est pas une culture parmi d'autres, elle est la culture même, un "éthos"; quant à l'éthique, en tant qu'elle touche à la demeure, au séjour, elle est hospitalité

-

Pour rendre compte de la loi de l'hospitalité comme possibilité de l'accueil, avant le chez-soi, il faut une formulation qui désidentifie les mots : "relation sans relation"

-

Le chez-soi n'est ni nature, ni racine, mais réponse à une errance qu'il arrête

-

La pure hospitalité (accueil sans condition), c'est accepter que l'autre fasse loi chez moi

-

Avec la déconstruction, quelque chose arrive à la langue : jouissant d'elle-même, elle accueille un hôte incompréhensible qui l'oblige à parler autrement

-

Tout commence par la paix, par l'accueil du visage de l'autre dans l'hospitalité; l'hostilité, la guerre, l'allergie, dérivent de l'oubli ou du rejet de cette bonté an-archique

-

L'hospitalité infinie, inconditionnelle, c'est l'éthicité même, le tout et le principe de l'éthique

-

Dans l'hospitalité absolue, l'étranger arrivant peut être n'importe qui : il n'est déterminé d'avance ni comme sujet sexué, ni comme personne ou animal, ni comme dieu ou spectre

-

Dans l'hospitalité sans condition, l'hôte qui accueille évite toute question sur l'identité de l'autre

-

L'exercice de l'hospitalité suppose une exposition mutuelle de l'hôte et de l'étranger - mais la loi de l'hospitalité, inconditionnelle, ne l'exige que de l'hôte

-

Il faut, aujourd'hui, une hospitalité qui s'adresse à un Dieu qui puisse ne pas exister, nous abandonner, se désintéresser de l'alliance, s'exempter d'amour ou de désir envers nous

-

Il faut l'hospitalité au pire, qui à la fois appelle et exclut le tiers, pour laisser venir la justice, accueillir l'autre et se protéger contre la violence de l'éthique

-

Quand le visiteur arrive (au sens messianique), un autre absolument inattendu m'expose au danger de perdre mon identité

-

L'hospitalité est l'essence du chez-soi - car si l'ipséité était la loi, elle rendrait fou

-

La question posée par la loi d'hospitalité infinie : "Il faut bien manger", c'est : "Quelle est la meilleure manière, la plus respectueuse et donnante, de se rapporter à l'autre?"

-

La leçon d'hospitalité extrême, intenable, inconditionnelle, que donne Jacques Derrida, c'est à l'égard du tout-autre : le féminin, la mère

-

La différence sexuelle marque l'ouverture de l'éthique : un accueil absolument originaire, dans un lieu non appropriable, est féminin

-

L'altérité féminine selon Lévinas, c'est la préséance de l'accueil dans sa propre maison, qui peut toujours se transformer en intériorité réglée par la différence des sexes -

L'hospitalité pour l'arrivant absolu est politiquement inacceptable, mais une politique qui ne s'y réfère pas perd sa référence à la justice

-

La tolérance organise un discours aux racines religieuses, le plus souvent tenu du côté du pouvoir

-

La tolérance est l'inverse de l'hospitalité : en étant "tolérant", je limite mon accueil, je garde le pouvoir et je contrôle mon chez moi

-

La paix kantienne ne peut être qu'instituée, juridico-politique; mais alors elle n'est pas perpétuelle, ce n'est pas une véritable paix

-

Il faut négocier et inventer un compromis au nom d'un inconditionnel qui ne souffre pas la transaction - c'est la difficulté

-

La responsabilité consiste à inventer un lieu de rencontre unique, un compromis entre l'émergence poétique de l'hospitalité et un système de normes

-

A Jérusalem comme dans les villes refuges, l'adresse à-Dieu exige plus qu'un accueil, une hospitalité qui soit aussi loi de justice effective, au-delà du droit dans le droit

-

Il ne saurait y avoir d'hospitalité qui ne soit déjà conditionnée et médiatisée par un tiers

-

Avec la "ville-refuge", ce serait un nouveau concept de Ville qui pourrait émerger, un autre droit d'asile, une autre hospitalité qui transformerait le droit international

-

Tous ceux qui sont occupés par les spectres ne les accueillent que pour les chasser ou les conjurer : hospitalité et exclusion vont de pair

-

Il faut penser l'événement à partir du "Viens" qui se dit à l'autre et qui ouvre un espace messianique

-

[A l'assimilation - une notion unitaire et identitaire de la culture, il faut substituer l'hospitalité : exposition et traduction, aux rivages des langues et des empires]

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaHospitalite

AA.BBB

DerridaCheminements

HO.SPI

DerridaIncond

ED.LEF

DerridaEthique

GE.JLO

AR_DerridaHospitalite

Rang = zQuois_Hospitalite
Genre = -