Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le cinéma vocalise l'espace                     Le cinéma vocalise l'espace
Sources (*) : Cinéma muet               Cinéma muet
Michel Chion - "La voix au cinéma", Ed : Cahiers du Cinéma, 1982, p142-3

 

-

Le premier film parlant, "Le Chanteur de Jazz" (1927) a pour thème la dissociation voix/corps/identité; il veut faire croire, comme le cinéma parlant, à leur coïncidence impossible

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Ce film ne comprend qu'une scène parlée, et il n'est chantant que pour un quart environ, demeurant muet pour les trois autres quarts. Le play-back est utilisé quand Al Jolson, chanteur de jazz, est remplacé par un véritable cantor qui entonne le kol nidré à la synagogue (ce procédé qui fait l'aveu que le corps et la voix ne peuvent pas coïncider, même au cinéma).

Le sujet du film, c'est l'impossible, car on ne peut être en même temps :

- chanteur de jazz et cantor de synagogue,

- dans le sacré et dans le profane,

- sous la loi du père / dans l'amour de la mère.

A la fin du film, on fait comme si (contre toute évidence) Jackie Rabinovitz (interprété par Al Jolson) pouvait en même temps chanter à la synagogue et au théatre.

 

 

Le "cinéma parlant" commence par un escamotage, un déni : tenter de faire croire à l'unité possible de la voix et du corps, grâce à la coïncidence d'identités multiples.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Chion
EVocalCinema

DI.SSO

CinemaMuet

FP.LLF

W.parlant

Rang = WX
Genre = MH - NP