Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Surréalisme, émanation du réel?                     Surréalisme, émanation du réel?
Sources (*) : Art, politique               Art, politique
Walter Benjamin - "Oeuvres II", Ed : Folio-Gallimard, 2000, pp113-134, Le Surréalisme

 

La liberte parcourant le monde (JB Thonesse, 1792-94) -

La révolution poétique du surréalisme veut porter l'action politique dans l'image, en poussant à l'extrême la crise du concept humaniste de liberté

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

L'observateur allemand est (plus que le français) depuis longtemps familiarisé avec la crise de l'intelligentsia et du concept humaniste de liberté [ce texte a été écrit en 1929]. Il ne s'arrête pas à l'apparence. Il ne considère pas le surréalisme seulement comme courant artistique ou poétique. Il sait qu'il est porteur d'expériences, non de théories ou de fantasmes. C'est, outre une vague de rêves qui ébranle le moi, une révolte amère et passionnée contre le catholicisme, une illumination profane, une manifestation, un mot d'ordre. Les surréalistes produisent un énorme flot d'image. Ils donnent la préséance au langage sans se préoccuper de la signification. Par cette ivresse, ils ébranlent le monde. Il s'agit d'autre chose que de littérature : de politique.

Depuis Bakounine, l'Europe ne disposait plus d'une idée radicale de la liberté. Les surréalistes ont cette idée. Les avant-gardes (futurisme, dadaïsme et surréalisme) se résument à la volonté de pousser la crise de l'art aussi loin que possible par des expériences magiques sur les mots. Ont-elles réussi à fondre l'expérience de la liberté dans celle de la révolution? Leur politique poétique tend à gagner à la révolution les forces de l'ivresse. Leur révolte les conduit vers une radicale liberté intellectuelle, mais ils n'ont rien d'autre à offrir que des images. Ne pouvant viser une transformation des conditions matérielles, ils cherchent le changement des opinions individuelles.

 

 

Les surréalistes font l'expérience de la liberté en poussant l'image (la comparaison, la métaphore) aussi loin qu'il est possible, image étant pris ici au sens littéraire (le "comme si") et non pas au sens visuel. Benjamin explique que l'objectif de cette expérience n'est pas l'art pour l'art, mais la politique, une politique révolutionnaire qui ne vise pas la société, mais les mots, les objets surranés ou modernes (comme la ville de Paris), des objets saisis par l'analogie ou la photographie, réinvestis par une politique qui n'agit pas par militantisme, mais par ivresse. Pousser l'ivresse des mots, dans une liberté absolue, jusqu'à la révolution, serait la formule du surréalisme.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

BenjaminW
ArtSurrealisme

BP.IKK

ArtPolitique

WS.POL

WSurréalisme

Rang = O
Genre = MR - IB