Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
La couleur est le sensible en peinture                     La couleur est le sensible en peinture
Sources (*) : Aucune couleur n'a de place               Aucune couleur n'a de place
Jacqueline Lichtenstein - "La couleur éloquente - Rhétorique et peinture à l'âge classique", Ed : Flammarion - Champs, 1999, p12

 

-

Le représenté s'absente

[La couleur est le sensible de la peinture, cette composante irréductible de la représentation qui échappe à l'hégémonie du langage]

Le représenté s'absente
   
   
   
Plaider pour la peinture Plaider pour la peinture
Valoriser l'hétérogène               Valoriser l'hétérogène    
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Les mots sont impuissants à dire la couleur. Elle est expressivité pure, visible silencieux qui constitue l'image comme telle. Comme elle déroute les procédures habituelles du langage, les philosophes en ont peu parlé (sauf Hegel, pour incarner le savoir absolu où toutes les déterminations se fondent et les oppositions se confondent). Aucun métaphysicien n'a osé légitimer les séductions du coloris, et si les philosophes du 20ème siècle (Heidegger et Merleau-Ponty) ont parlé de la peinture, ce fut sur le mode d'un déchiffrement textuel qu'ils avaient eux-même préalablement introduit dans la peinture, ou d'une théologie négative qui renonce à l'appréhender adéquatement.

-------

C'est oublier que peindre, c'est d'abord colorier. La peinture contemporaine (Marc Rothko, Morris Louis, Jules Olitski) a redécouvert cette évidence, sur laquelle bute toute théorie de la mimesis. Même quand il travaillait le support, Noland se servait de la couleur pour produire un effet d'illusion.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La couleur occupe dans la peinture la même place que le geste ou la voix dans l'éloquence : un lieu d'où le visible risque d'échapper au discours

-

Peindre, c'est d'abord colorier : ce sur quoi bute la théorie de la mimesis

-

La peinture contemporaine innove dans trois directions : couleur, rythme, matières

-

Jules Olitski a trouvé dans la couleur un rapport primordial à la nature sensuelle de la peinture, au prix d'un conflit entre sa substance matérielle et celle du support

-

Par la couleur et son illusion purement visuelle, les limites concrètes du support sont débordées

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lichtenstein
CouleurSensible

AA.BBB

ProCouleur

HF.DER

ProRepresentation

PC.KAE

ArtPeinture

DV.TAO

ProHeteros

WE.COU

HK_CouleurSensible

Rang = O
Genre = -