Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Jacques Lacan                     Jacques Lacan
             

 

-

Page créée par le scripteur le 30 avril 2006.

[A partir de Jacques Lacan]

   
   
   
                 
                       

logo

 

- Bibliographie de Jacques Lacan.

 

En définitive, quoiqu'on en pense et quelle que soit la façon dont on présente les choses, la pensée de Lacan est et restera incontournable. Au début du 21ème siècle, elle s'est quelque peu enfermée dans le ghetto des lacaniens. La dissolution de l'Ecole n'a pas pu empêcher ce phénomène, au contraire : les grandes et petites écoles se sont multipliées, et avec elle les petits et les grands maîtres. Mais la pensée lacanienne finira par en sortir, nul n'en doute. Il faudra pour cela quelques travaux éditoriaux (dont une publication enfin sérieuse de ses séminaires, qui devra peut-être attendre 2051!) et d'autres lectures, plus analytiques, critiques et déconstructrices. Mais cela arrivera, c'est certain, et cet homme-là prendre sa place parmi les plus grands. Alors on s'apercevra que d'innombrables mots comme l'Autre, l'objet (a), le surmoi, le plus-de-jouir, le regard ou la voix seront entrés dans le langage avec un autre sens, celui qu'il leur aura donné. On s'apercevra qu"il offre un accès privilégié à l'analyse de bien des champs, comme la peinture ou l'ordre symbolique. Alors les écarts avec d'autres pensées apparaîtront dans leur fécondité, comme celui qui l'a opposé/rapproché de Jacques Derrida.

Propositions (les têtes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[Lacan : l'ordre symbolique n'est pas constitué par l'homme, mais le constitue]

-

[Freud a découvert, dans l'inconscient, la structure du langage, dont le support matériel est la lettre]

-

[Avec la loi et son corrélat, le crime, commence l'homme]

-

[Nous sommes plongés dans un certain moment historique, une oeuvre collective dont le sens - qui associe la faute, la morbidité, la morale et le plaisir - reste inconscient]

-

[Dans la schize entre regard et vision, le regard symbolise le manque central de la castration : un objet (a) réduit à une fonction punctiforme, évanescente]

-

[Pour qu'il y ait peinture, il faut que je sois regardé : que le tableau soit dans mon oeil, et que moi je sois dans le tableau]

-

[Entre Lacan et Derrida : le cousinage des deux Jacques]

-

["Je me vois me voir"; c'est ainsi que le sujet du cogito croit saisir l'objet insaisissable d'où dépend son fantasme : le regard]

-

[Le grand Autre de Lacan]

-

[Lacan et la voix]

-

[Le surmoi de Lacan : "Jouis de la voix qui t'ordonne de jouir!"]

-

La pulsion de mort est la loi au-delà de toute loi

-

Axiome de la théorie lacanienne du sujet : "Le signifiant est ce qui représente un sujet pour un autre signifiant"

-

Nommer la Chose, c'est la détruire; c'est ouvrir la possibilité de la transcendance et en même temps la rendre prisonnière du langage

-

Tout art est défectueux

-

Il n'est pas d'autre jouissance que ce vide au centre de ton être

-

Le surmoi est une figure féroce, un pur impératif qui impose aux névrosés sa tyrannie

-

Le surmoi et l'idéal-du-moi sont dirigés en sens contraire : l'un est contraignant, l'autre exaltant

-

Le surmoi est constitué d'arrêts et d'inhibitions du sujet

-

Le surmoi est à la fois la loi et sa destruction

-

Il y a quatre pulsions partielles : se faire voir, se faire entendre, se faire sucer, se faire chier

-

Tout ce que la voix humaine peut émettre est suspendu à l'attente d'une totalisation future, où se révélerait sa valeur de vérité

-

On entend sa propre voix comme venant de l'extérieur

-

Au sens propre, la voix est pro-vocation

-

Le regard et la voix sont les objets (a) qui échappent à la domination

-

La voix est l'objet sado-masochique

-

Pour se voir, le sujet dépend de la voix de l'autre qui commande la relation symbolique

-

Aujourd'hui, l'oeuvre d'art ne se présente pas autrement que comme une valeur commerciale; mais son prix, elle le reçoit d'un rapport privilégié de valeur à la jouissance

-

Politique de l'autruiche : un regard qui ne voit rien, un regard impuissant qui voit que le premier ne voit rien, un regard tout-puissant

-

L'Autre est le lieu où se constitue le je qui parle avec celui qui entend

-

L'affranchissement naturaliste du désir a échoué : l'homme du plaisir a pu croire que la faute se volatiliserait, mais il n'est pas moins qu'avant chargé de lois et de devoirs

-

Quand le sujet disparaît, surgit la voix qui a le dernier mot : celle de personne

-

Faire de la voix un substitut de la conscience serait l'idolâtrer

-

Nulle part le sujet n'est plus intéressé à l'Autre que par la voix

-

La pulsion invocante va vers l'autre

-

Le fondement mental de la tradition judéo-chrétienne est que la parole y profile, comme son fond dernier, l'être du "je"

-

Le sujet s'accroche au discours autour du point de capiton, point d'attache où se nouent le signifiant et le signifié

-

La matérialité de la lettre est singulière : n'étant symbole que d'une absence, elle est, comme la mort, sans lieu ni signification

-

L'essence du regard est un "donner à voir" gratuit, qui préexiste à l'oeil et dont dépend la vision : "Je ne vois que d'un point, mais je suis regardé de partout"

-

Le tableau est la fonction où il appartient au sujet de se repérer comme tel

-

Pour repérer son désir sur l'image-écran, le sujet humain en joue comme d'un masque au-delà duquel il y a le regard

-

Les appareils de communication vocale (téléphone) compensent l'entropie de la voix organique

-

Le structuralisme est la prise au sérieux du savoir comme cause

-

L'homme ne peut entrer comme sujet dans l'ordre symbolique que par la béance de sa relation imaginaire à son semblable (Schéma L de Lacan)

-

Dieu les créa homme et femme - sans qu'aucune harmonie ne soit de quelque façon de mise

-

Des phénomènes de conscience peuvent se produire en l'absence de tout "moi"

-

[Il n'y a pas d'univers du discours]

-

Dans les "Ambassadeurs", Holbein rend visible le sujet comme néantisé : objet anamorphique = tête de mort = objet (a) = le -phi de la castration

-

Entre les différents systèmes symboliques (religieux, juridique, scientifique, politique) qui ordonnent les actions, il y a discordance manifeste

-

Dans la machinerie, une grande voix régule le jeu symbolique : un législateur sans substance

-

Même à l'esclave, on ne peut pas retirer les fonctions du regard et de la voix

-

La fonction du tableau, c'est de donner l'image apaisante d'une complétude qui se referme

-

Le bord ne se franchit pas, tandis que la frontière se franchit

-

Il s'agit dans la perspective géométrale de repérage de l'espace, et non pas de vision

-

La lèvre est l'image même du bord

-

Dans son essence, le visuel n'est pas réductible à la construction spatiale qui constitue la vision

-

Pour se rendre maître de la Chose, l'enfant la détruit par la voix

-

Le souffle est la résonance du vide

-

Il y a trois formes de l'objet (a) : prégénital, phallique et vocal

-

L'expressionnisme se situe dans un appel direct au regard

-

Dans le schéma optique de Lacan, la voix représente la relation avec autrui (inclinaison du miroir)

-

Une langue scientifique bien faite serait privée de toute référence à une voix

-

Le surmoi est une scission du système symbolique, en tant qu'elle se produit pour le sujet dans ses rapports avec la loi

-

Dans la perspective classique, le sujet est manoeuvré, appelé, pris dans le tableau, son désir est capturé dans le champ de vision

-

Le trompe-l'oeil nous capture, car il se donne pour autre chose que ce qu'il n'est

-

Sous la voix se cache l'effroyable lathouse

-

La voix de la conscience, aussi fixe à l'intérieur que le ciel étoilé à l'extérieur, est un "tu"

-

La conscience, ça se produit chaque fois qu'est donnée une surface telle qu'elle puisse produire une image

-

Freud substitue au "Je pense donc je suis" de Descartes un autre positionnement du sujet : "Je pense où je ne suis pas, donc je suis où je ne pense pas"

-

La cruauté de l'homme à l'égard de son semblable dépasse tout ce que peuvent les animaux - c'est cette cruauté même qui implique l'humanité

-

La voix ordonnatrice n'est celle de personne

-

Les machines les plus compliquées ne sont faites qu'avec des paroles

-

L'effet de signification, métaphorique, se produit par franchissement de la barre, dans la substitution du signifiant au signifiant

-

La fonction signifiante, métonymique, investit de désir le manque qu'elle installe dans la relation d'objet

-

En appelant un bien et un idéal de conduite, l'expérience morale met l'homme dans un certain rapport avec sa propre action

-

Peut-on dire que la parole parvient à exprimer l'être du sujet? Jusqu'à un certain point, elle n'y parviendra jamais

-

La pensée moderne tend à compenser l'entropie par la quantité d'information

-

La conscience qui se voit se voir élude la fonction du regard, tandis que dans le rêve, "ça montre", il y a du regard, mais le sujet ne voit pas

-

L'algorithme saussurien du signe, formalisé S/s, est une pure fonction du signifiant (S), sous lequel glisse le signifié (s)

-

Le surmoi est une loi dépourvue de sens, en rapport avec des problèmes de langage

-

La fonction sociale du surmoi implique une réduction de la loi à un signifiant-pivot

-

Le surmoi a une double face : causalité intime d'un sujet, et ensemble des éléments culturels et éthiques d'une société donnée

-

Le surmoi est une introjection secondaire par rapport à la fonction de l'ego idéal

-

C'est la loi qui fait le péché - et le surmoi qui fait le crime

-

Le registre de la vérité se situe là où le sujet ne peut rien saisir sinon la subjectivité même

-

La voix pure est le support de l'articulation signifiante au lieu de l'Autre

-

Par le meurtre originel de la Chose, la voix participe du masochisme primordial

-

L'idéal-du-moi suture le symbolique, tandis que le surmoi le troue

-

Le complexe d'Oedipe se noue dans l'exercice du point de capiton

-

Le pervers est celui qui se consacre à faire exister l'Autre dans sa complétude

-

Dans le sadomasochisme, la voix bouche le trou de l'Autre

-

Le surmoi est le point-trou auquel la loi se trouve réduite

-

La musique et l'architecture sont les arts suprêmes

-

La philosophie traditionnelle articule la voix sous la forme de la conscience

-

Dans la cure analytique, une face de la résistance se situe au niveau même de l'émission de la parole

-

La perversion contemporaine repose sur une remise à l'Autre de la voix afin d'instaurer la jouissance

-

L'humanisme suppose une unité du moi saisissable dans l'expérience de la bonne forme

-

Dans notre ère culturelle, le registre de la loi est divisé en plusieurs plans

-

Bibliographie de Jacques Lacan

-

Séminaire 0 de Jacques Lacan (1951-53), L'homme aux loups, l'homme aux rats [Sem00]

-

Séminaire I de Jacques Lacan (1953-54), Les écrits techniques de Freud [Sem01]

-

Séminaire II de Jacques Lacan (1954-55), Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse [Sem02]

-

Séminaire III de Jacques Lacan (1955-56), Les psychoses [Sem03]

-

Séminaire IV de Jacques Lacan (1956-57) La relation d'objet [Sem04]

-

Séminaire V de Jacques Lacan (1957-58), Les formations de l'inconscient, par Jacques Lacan [Sem05]

-

Séminaire VI de Jacques Lacan (1958-59), Le désir et ses interprétations [Sem06]

-

Séminaire VII de Jacques Lacan (1959-60), L'éthique [Sem07]

-

Séminaire VIII de Jacques Lacan (1960-61), Le transfert [Sem08]

-

Séminaire IX de Jacques Lacan (1961-62), L'identification [Sem09]

-

Séminaire X de Jacques Lacan (1962-63), L'angoisse [Sem10]

-

Séminaire XI-NdP de Jacques Lacan (20 novembre 1963), Les noms du père [Sem11NdP]

-

Séminaire XI de Jacques Lacan (1963-64), Les quatre concepts de la psychanalyse [Sem11]

-

Séminaire XII de Jacques Lacan (1964-65), Problèmes cruciaux de la psychanalyse, ou : Les positions subjectives de l'être [Sem12]

-

Séminaire XIII de Jacques Lacan (1965-66), L'objet de la psychanalyse [Sem13]

-

Séminaire XIV de Jacques Lacan (1966-67), La logique du fantasme [Sem14]

-

Ecrits (Jacques Lacan, 1966) [Ecrits]

-

Séminaire XV de Jacques Lacan (1967-68), L'acte psychanalytique [Sem15]

-

Séminaire XVI de Jacques Lacan (1968-69), D'un autre à l'Autre [Sem16]

-

Séminaire XVII de Jacques Lacan (1969-70), L'envers de la psychanalyse [Sem17]

-

Séminaire XVIII de Jacques Lacan (1970-71), D'un discours qui ne serait pas du semblant [Sem18]

-

Séminaire XIX bis de Jacques Lacan (1971-72), ou pire [Sem19bis]

-

Séminaire XIX de Jacques Lacan (1971-72), Le savoir du psychanalyste [Sem19]

-

Séminaire XX de Jacques Lacan (1972-73), Encore [Sem20]

-

Séminaire XXI de Jacques Lacan (1973-74), Les non-dupes errent [Sem21]

-

Séminaire XXII de Jacques Lacan (1974-75), RSI [Sem22]

-

Séminaire XXIII de Jacques Lacan (1975-76), Le sinthome (Sem23)

-

Séminaire XXIV de Jacques Lacan (1976-77), L'insu que sait de l'une-bévue s'aile à mourre (Sem24)

-

Séminaire XXV de Jacques Lacan (1977-78), Le moment de conclure (Sem25)

-

Séminaire XXVI de Jacques Lacan (1978-79), La topologie et le temps (Sem26)

-

Séminaire XXVII de Jacques Lacan (1979-80), Dissolution (Sem27)

-

"Pour l'amour de Lacan", in Lacan avec les philosophes (Jacques Derrida, 1991) [PADL]

-

Autres Ecrits (Jacques Lacan, 2001) [AutresEcrits]

-

[Quelques parcours à partir des mots de Jacques Lacan] (le vocabulaire lacanien)

-

[La Cabale cachée de Jacques Lacan]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lacan
LacanCheminements

AA.BBB

LY_LacanCheminements

Rang = ALacan
Genre = -