Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Rachel, épouse de Jacob                     Rachel, épouse de Jacob
Sources (*) :              
Betty Rojtman - "Le pardon à la lune, Essai sur le tragique biblique", Ed : Gallimard, 2001, pp21-2

 

Etude d'une fille sur une chaise (Stanislaw Wyspianski, 1889) -

Rachel est la retirée, la première figure renonçante de la bible

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Elle fut la bien-aimée de Jacob, et sa soeur Léa l'évince le soir de ses noces. Le premier baiser est donné sous le signe du malheur (Gen 29,11) dès l'instant de leur première rencontre. Elle lui échappe déjà. Elle est l'autre, celle qu'on n'épouse jamais. Selon Genèse Rabba (70,12), Jacob a pleuré car il a vu (dès cette première rencontre) qu'elle ne serait pas enterrée avec lui. Elle mourra sur la route, trop jeune, en exil, ensevelie en cette insuffisance.

Elle était la promise, d'une promesse qui ne fut pas tenue. Elle se tait, accepte de duper son amant.

Dépossédée de son rôle et de sa fécondité. Elle a prophétisé qu'elle allait mourir bientôt et voulait des enfants avant de mourir (Agadat Berechit 52).

Elle mourra en donnant le jour, appelant son fils Ben-Oni, "le fils de ma détresse" (Gen 35,18) (mais le père ne voulut pas de ce prénom, il l'appela Benjamin).

Et tout ça pour quelle faute? Pour une faute bénigne, avoir volé les pénates de son père.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Rojtman
HebRachel

BT.GAO

XRachel_retiree

Rang = XRa
Genre = MR - IB