Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Rachel, épouse de Jacob                     Rachel, épouse de Jacob
Sources (*) :              
Betty Rojtman - "Le pardon à la lune, Essai sur le tragique biblique", Ed : Gallimard, 2001, p77

 

Beaute du silence (Pauline Nemeau, 2012) -

La beauté de Rachel témoigne d'un des niveaux de la féminité : le silence dans le dévoilement

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Cite Rav Zadok Hacohen et le Zohar. Rachel était "belle de taille et d'apparence" [2 fois].

L'autre niveau est la reconnaissance des fautes [c'est le caché, niveau de Léa]. La force du reconnaître vient de l'occultation. Léa peut s'exhiber car elle est inaltérable. Elle peut réclamer son dû de désir car elle est gardée par l'infini qui la baigne.

Il peut y avoir dévoilement s'il y a silence. La révélation vient du retrait, de l'obscurcissement, du secret. Rachel est poussée à la dissimulation par son éclosion même. Peur devant le désir. Immanence visible, mais au-dedans.

Joseph aussi (fils de Rachel), est "beau de taille et beau de visage" [2 fois] et comme elle il est trahi par sa beauté. Esther aussi (descendante plus lointaine), adorée comme Astarté, retient ses paroles (Est 2,20). Saül aussi était très beau (I Sam 9,2). Il voulait en cacher l'exception.

Rachel est consacrée au pari de la forme. Quand elle perd, elle perd tout.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Rojtman
HebRachel

FE.MMM

XRachel_beauté

Rang = XF
Genre = DET - DET