Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Rachel, épouse de Jacob                     Rachel, épouse de Jacob
Sources (*) :              
Betty Rojtman - "Le pardon à la lune, Essai sur le tragique biblique", Ed : Gallimard, 2001, d'après les pages 99-103

 

Fragilite defiante (Guideon Berto, 2012) -

Rachel représente la communauté d'Israël dans sa fragilité, s'appuyant sur Léa pour relever le défi à la loi

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Les deux soeurs contribuent par leur part de chair à la réparation. Rachel est attentive à croire (témoigner), Léa affronte seule le réel. Double délégation : une lignée vulnérable qui ne récuse point celle qui prend sa place. "Si je n'ai pas mérité que le monde s'édifie sur moi, puisse-t-il s'édifier, alors, sur ma soeur" (Genèse Rabba 71,8).

Un assentiment dévoué au néant consent à couler pour autrui. De même, les descendants de Rachel (Joseph, Saül, Esther) sont des figures d'abstinence qui assument le risque. Rachel est passeur, messager, pour qu'un avenir s'ébranle. Elle se reconnaît, comme Israël, dans la fragilité de la lune.

Par Rachel s'amorce l'insaisissable. Alors que sa soeur Léa consolide, accomplit, elle est l'envers d'un souffle. Le fils de Léa (c'est-à-dire David, son descendant) est messie, tandis que le messie fils de Joseph sera tué.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Rojtman
HebRachel

FR.AGI

XRachel_CommunautéGenre = DET - DET