Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Sur Adam                     Sur Adam
Sources (*) : Personnages bibliques               Personnages bibliques
Guideon Berto - "La Bague ouverte", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 6 juin 2006

 

-

[A partir d'Adam, doublement créé]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

Adam est au moins double.

1. C'est une notion générale, l'humanité comme telle (Adam Kadmon), c'est-à-dire l'homme en tant qu'il est créé et distinct du reste du monde.

2. C'est un individu particulier, une personne dont l'histoire est racontée dans la bible, un individu comme les autres avec ses qualités et ses défauts. En tant que personne, n'a-t-il pas été à la fois un mauvais époux, incapable de parler à sa femme (pas plus la première, Lilith, que la seconde, Eve), et un mauvais père, incapable d'empêcher ses fils de s'entre-tuer? Face à un Dieu unique, absolument singulier, c'est cette deuxième dimension, celle de l'être unique sur la terre, qui prévaut.

3. C'est, en lui-même, la rencontre de l'homme et de la femme, des deux sexes (Ich-Icha).

Le judaïsme ignore le péché originel, mais attribue à Adam (la personne) certains manquements. Non seulement il a été déficient en tant qu'être parlant (certes il a nommé les animaux, mais nommer n'est pas parler), mais en plus il n'a pas su répondre positivement à l'appel de Dieu en disant, comme Abraham, "Me voici".

En tant que concept, symbole, chacun lui donne la signification qu'il entend. Le christianisme lui attribue le péché originel. Quant à la psychanalyse, elle l'excuse car il n'est pas en charge de l'harmonie du monde. Ni l'incompréhension, ni le jeu de séduction du couple, n'ont quoi que ce soit d'original, et le fait que cet homme en pleine force de l'âge, éloigné d'Eve, ait recouru à des pratiques solitaires n'a rien non plus pour surprendre. Bref, Adam n'était ni bon, ni mauvais, mais mélange, comme l'arbre de la connaissance.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Adam Kadmon est la figure primordiale qui précède la subjectivité (brisure des vases)

-

Adam est d'abord un être unique sur la terre, faisant face à un être unique, absolument singullier, dans les cieux

-

Adam nomme les animaux pour se nommer lui-même (mais il échoue tant qu'Eve n'est pas là pour lui parler)

-

Dans la culture hébraïque, la personne humaine n'est pas instituée dans un individu, mais dans la rencontre homme-femme - celle de l'autre sexe

-

Le christianisme du péché originel (Saint Paul) s'appuie sur la renonciation d'Adam à un "Oui, me voici" par lequel il aurait fait un choix

-

Adam a renoncé au troisième "je" auquel Abraham a accédé en disant "Me voici"

-

Dieu les créa homme et femme - sans qu'aucune harmonie ne soit de quelque façon de mise

-

Histoire de Lilith selon les sources bibliques, post-bibliques, talmudiques et cabalistiques

-

Le serpent séduit la femme par sa voix, la femme séduit l'homme par la pomme, et dieu maudit par la voix

-

L'"arbre de la connaissance" de la Genèse n'est pas celui du bien opposé au mal, mais un arbre bon et mauvais, vie et mort mélangés

-

[Pendant 130 ans après le meurtre d'Abel, Adam a vécu séparé d'Eve et a répandu des gouttes de sperme : les étincelles de hasard (nitsoukot kéri)]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Guideon
HebAdam

AA.BBB

PersbibCheminements

VA.DAM

LXA_HebAdam

Rang = zQuois_XAdam
Genre = -