Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Cinéma, art populaire                     Cinéma, art populaire
Le cinéma vocalise l'espace               Le cinéma vocalise l'espace
Elfriede Eischenbeck - "Videoflux à ciel ouvert", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 16 août 1995

 

-

Il y a vraiment film quand la voix du réalisateur y fait effraction

   
   
   
                 
                       

logo

 

Qu'est-ce qu'un film? Un endroit où, en général, on n'entend pas la voix du réalisateur. A la place, on entend la voix des acteurs, des bruits, des musiques. Ce que je soutiens ici, c'est que toutes ces sonorisations ne sont que des substituts d'une autre voix (ou plusieurs). Ces voix sont l'origine du film (au sens où, selon Heidegger, la vérité est l'origine de l'art). Parmi elles, il y a celle du réalisateur. Si elle ne fait pas irruption d'une manière ou d'une autre, ce n'est pas un vrai film.

La particularité de Jean-Luc Godard, c'est que sa voix réelle pénètre ses films. On n'entend même que ça. Quand il s'évoque dans JLG/JLG, Autoportrait de décembre, (deux fois), il fait de cette pénétration le sujet même du film. C'est un procédé cinématographique qui touche à la vérité du cinéma.

 

 

Jean-Luc Godard, pendant le tournage du Mépris, parlant à ses acteurs.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Elfriede
ArtCinema

DX.QRO

EVocalCinema

EF.FRA

W.cinéma

Rang = N
Genre = MH - NP