Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'image audiovisuelle au service de la voix                     L'image audiovisuelle au service de la voix
Sources (*) : L'espace vocal               L'espace vocal
Elfriede Eischenbeck - "Videoflux à ciel ouvert", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 22 juin 2006

 

-

[L'audiovisuel met l'image au service de la voix]

Autres renvois :
   

Téléphone

   

Derrida, télé-technique, media

   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

logo

 

L'audiovisuel est, comme son nom l'indique, la forme privilégiée (mais loin d'être unique) de l'espace vocal. Ce terme audiovisuel, nous l'entendons dans un sens très large : cinéma, radio, télévision, médias, mais aussi télécommunications. L'ensemble, qui tend à fusionner, produit la parole publique et colonise la parole privée. Il va du téléphone à l'enveloppe protectrice, intégratrice et vorace de l'Internet. Sa crédibilité repose sur une notion de direct ou de temps réel qui n'est qu'un simulacre. En effet, même si la technique employée est la trace directe de l'objet, son empreinte, cet objet apparemment proche (par exemple une personne interviewée) n'est qu'une fabrication qui a déjà disparu. Le référent est remplacé par un flux, qui s'écoule selon ses propres lois.

Dans la relation inégale de l'audiovisuel, c'est l'audio qui domine. Le présentateur est un être parlant dépourvu de regard (il ne vise pas le spectateur, mais le prompteur). Une pure voix est audiovisuelle (par exemple la radio), mais une image complètement muette ne le serait pas, sauf comme tromperie ou lâcheté, à la façon des séquences No Comment d'Euronews.

Derrière la fausse platitude de l'écran, le point de fuite de la perspective se vocalise. Des pseudo-conversations ou de multiples voix enchevêtrées, détachées de leur source, se substituent à la voix organique. Le résultat n'est pas une communauté, mais un système complexe de relations.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La télévision est une merveilleuse machine qui semble abolir les distances

-

Aujourd'hui, même les images sont interviewées, mais leur mutisme résiste

-

Dans l'interview, rien ne distingue l'interviewé de l'intervieweur

-

Photographie, cinéma et télévision sont des empreintes de l'objet, des traces qui en préservent un certain degré de présence

-

La reconstitution d'un documentaire n'est acceptable qu'à deux conditions : ne pas tromper le spectateur; ne pas contredire l'événement relaté

-

Le présentateur télé est un élément logistique qui remplace le médiateur de l'histoire

-

La videosphère remplace la société du spectacle par la société du flux visuel

-

La télévision met en équivalence spatiale et temporelle tous les points du monde

-

Le présentateur de télévision n'a ni voix ni regard

-

Internet est un super-téléphone où la conversation peut être communautaire

-

La perspective s'organise aujourd'hui autour des fils des micros

-

Aujourd'hui, penser son temps, c'est prendre acte que la parole publique est artificiellement produite : artefactualité et actuvirtualité

-

Les appareils de communication vocale (téléphone) compensent l'entropie de la voix organique

-

La télévision est un/tous, le téléphone est un/un, et le cyberspace sera tous/tous (sans totalisation)

-

Le téléphone est l'inverse du cinéma muet, puisqu'il fait entendre la voix sans donner à voir qui parle

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Elfriede
EVocalAudiovisuel

AA.BBB

MQiEVocal

NC.LLC

FM_EVocalAudiovisuel

Rang = zQuois_Audiovisuel
Genre = -