Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le cinéma vocalise l'espace                     Le cinéma vocalise l'espace
Sources (*) : L'espace vocal               L'espace vocal
Amarante Helavy - "Une morale audiovisuelle", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 22 juin 2006

 

-

Cinéma, art populaire

[Le cinéma est un puissant vecteur de vocalisation de l'espace]

Cinéma, art populaire
   
   
   
L'espace Contemporain L'espace Contemporain
Cinéma, un monde               Cinéma, un monde    
Sur le Contemporain                     Sur le Contemporain    

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

Dès le premier jour, le cinéma a été vocal et inscrit dans le discours. Les films muets étaient construits pour faire entendre la parole tout en palliant à l'absence de voix (panneaux, mimiques, etc...). Pour soutenir la fiction, il fallait faire croire à la coïncidence entre la voix et le corps. Le premier film parlant, Le Chanteur de jazz, portait encore sur cette coïncidence impossible.

Même dépourvu de parole, de musique ou de bruit, un film suppose un spectateur tout-percevant, en état de toute-puissance, toutes-oreilles, qui voit continuellement parler des personnages. La sonorisation (parole et bruits) lui procure une impression de réalité proche de l'hallucination, qu'on n'hésite pas à amplifier toujours plus dans les salles. Aux bordures du champ visuel, le son résonne, il nous rapproche des fantômes des acteurs.

Avec les techniques les plus sophistiquées, on arrive à faire coïncider voix et image dans le temps (synchronisation), mais jamais dans l'espace, car la source du son (hauts-parleurs) ne peut pas se déplacer de la même façon dans la salle que dans le film. La distorsion est inévitable, mais nous y sommes tellement habitués que nous ne la remarquons plus. La voix supposée être dans le film rôde à l'extérieur. On y est branché comme à un cordon ombilical, quels que soient ses mouvements sur lesquels joue le réalisateur (avec toutes les nuances possibles : drame, humour ou distanciation). Que la voix arrive à nos oreilles directement, indirectement ou par effraction, elle déclenche toujours les mêmes processus : sollicitation, stimulation, plaisir et soumission.

Le cinéma mobilise au moins deux sens : la vision et l'audition, soit positivement soit par inhibition (le toucher). Par son intermédiaire, l'espace vocal tend à se généraliser à tous les sens.

Lorsque, après la période de domination des avant-gardes et de l'art abstrait, certains peintres ont voulu revenir à la figuration, ils se sont ajustés sur le cinéma. Adaptant ses techniques, ils ont, eux aussi, fait parler l'image. Leur monde était une projection de l'écran, et leur perspective spontanée celle du montage.

Le cinéma invente une nouvelle expérience de la croyance, que Derrida qualifie de spectrale. Les voix y héritent de secrets perdus.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La structure du cinéma est celle de l'espace vocal : un hors-champ habité par une voix qui est le corollaire du champ

-

La nouveauté du cinéma parlant est la voix et non la parole, car il y a déjà du discours dans le cinéma muet

-

L'hypercinéma stimule le spectateur, le sollicite et le fait vibrer

-

On a inventé avec le cinéma, il y a un siècle, une expérience sans précédent de la croyance : la spectralité, qu'aucun art ne peut plus ignorer

-

Le cinéma amplifie l'énergie verbale des acteurs, il lui donne assez de résonance pour qu'elle soit encore perçue par le spectateur

-

Le cinéma tente de faire coïncider la voix et l'image dans le temps (synchronisation), mais pas dans l'espace

-

Le premier film parlant, "Le Chanteur de Jazz" (1927) a pour thème la dissociation voix/corps/identité; il veut faire croire, comme le cinéma parlant, à leur coïncidence impossible

-

Il y a vraiment film quand la voix du réalisateur y fait effraction

-

Depuis les débuts du cinéma, la part bruitage/musique a constamment progressé dans la sonorisation au détriment des dialogues

-

La voix du cinéma rôde à la surface de l'écran, ni dehors ni dedans

-

Le spectateur de cinéma est tout-percevant, au sens de la toute-puissance du moi

-

Engageant l'audition, la vision, le temps et le mouvement, le cinéma mobilise plusieurs axes de perception, mais cette perception porte sur des objets absents

-

[L'"impression de réalité" telle que suscitée par le cinéma infléchit le régime de la représentation dans le sens d'une perception plus active du désir inconscient]

-

Ce qui nous relie à un film ressemble au cordon ombilical : un flux sonore continu qu'il ne faut surtout pas couper avant la fin

-

Dans l'espace vocal, nous nous repérons sur des montages plutôt que par la géométrie ou la narration

-

Les personnages muets des films parlants sont les dépositaires d'un Grand Secret perdu

-

Si le cinéma est projection du monde, il se projette tout autant lui-même dans et sur le monde

-

Pour sortir de la dictature de la peinture abstraite, la génération des nouveaux peintres figuratifs s'est formée à l'école du cinéma

-

L'invention du film parlant est concomitante du fascisme; les deux sont liés à la crise économique

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Amarante
EVocalCinema

AA.BBB

MQiEVocal

QE.LEE

ArtCinema

ZE.VCI

EVocalEspace

ZC.NEM

CinemaParcours

OC.JJO

PlanSite

GG.VGG

CC_EVocalCinema

Rang = zQuois_EVocalCinema
Genre = -