Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Les temps logologiques                     Les temps logologiques
Sources (*) : Logologie, voix               Logologie, voix

 

Le Cabinet logologique (Jean Du buffet, 1971-74) -

La Closerie Falbala : epoxy et béton projeté peints au polyuréthane. Fondation Dubuffet.

Le Cabinet logologique est un lieu d'ironie où le logos s'auto-affecte

   
   
   
                 
                       

 

Le cabinet logologique de Jean Dubuffet est clos. Il se situe à l'intérieur d'un autre objet clos, la Closerie Falbala, construit entre 1971 et 1973 à Périgny-sur-Yerres. Son décor est compartimenté. On peut supposer que c'est un lieu de méditation, mais ce n'est pas très clair. C'est peut-être, simplement, un lieu (Dubuffet en a fabriqué beaucoup, lieux et non-lieux).

En tous cas le Cabinet se présente comme un univers. On accède à cet univers quand on vient de Paris en empruntant une autoroute, puis une route nationale puis une route départementale puis une rue. Alors on pénètre dans un premier Cercle : la Fondation Jean Dubuffet. Il faut prendre rendez-vous à l'avance (de préférence par écrit), s'inscrire et payer. Quand le gardien vous a fait pénétrer dans la Fondation, vous entrez dans la Closerie Falbala, enceinte de murs plus ou moins hermétiques. Utilisant son trousseau de clefs, le gardien ouvre la porte de la Villa Falbala. Vous arrivez dans une sorte de couloir coudé (l'Antichambre) qui vous conduit à une autre porte évoquant un coffre-fort. Et là vous pénétrez dans le Saint, le Temple Dubuffetien, le Cabinet logologique, "raison secrète de cette place forte de l'Hourloupe".

Pourquoi "logologique" demandez-vous au gardien. Pourquoi répéter le terme "logos" deux fois? Il ne comprend pas la question. Il est, ici, question de logos, cela doit vous suffire.

Pourquoi, à propos de cela, Dubuffet répéte-t-il deux fois le mot logos, comme s'il pouvait y avoir un logos du logos, un discours du discours? Peut-être justement parce qu'il n'y croit pas. Ce lieu de méditation n'en est pas un, il est pure ironie, simple moquerie. Il n'est que la forme de la clôture sur soi-même, c'est-à-dire la forme de la logologie, la forme contemporaine de l'autoréférence.

 

 

Ce que Dubuffet en dit : Le Cabinet logologique est l'univers subjectif tel qu'il m'apparaît digéré par ma pensée; ou bien : L'univers logologique est comme un poisson qui secréterait lui-même l'eau dans laquelle il nage. Si l'homme, unique source autonome de lui-même, secrète son propre univers, s'il ne médite que dans ses propres déchets, si son propre milieu est l'effet de sa digestion, alors il n'est rien d'autre qu'un cabinet logologique se reflétant en lui-même.

 

En 1967, Dubuffet avait peint un tableau intitulé Logologie.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Images
CtpAutoreference

UZ.DUB

VoixAutoreference

ZC.LOG

zi.1970.Dubuffet.Jean

Rang = YLogologie
Genre = MJ - NA