Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
En la bouche, la voix défaille                     En la bouche, la voix défaille
Sources (*) :              
Michel Chion - "La voix au cinéma", Ed : Cahiers du Cinéma, 1982, p119-121

 

-

Le corps humain ne possédant pas d'organe spécifique de la phonation, la mise en corps de la voix sur son lieu d'émission (la bouche) est symbolique

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La phonation intéresse différents endroits du corps : poumons, muscles de la respiration, larynx (un organe de régulation de la respiration), cerveau, etc... Localiser la voix sur la bouche est une attribution symbolique.

Au cinéma, la non-coïncidence corps/voix se révèle (voix off). On cherche à la restaurer par des moyens techniques (doublage ou play-back) destinés à faire croire. Quelques éléments de code, généralement temporels, viennent conforter cette croyance.

Le cinéma joue aussi sur la dissociation : bouche filmée en gros plan (The Big Swallow ci-contre, court-métrage de 1901), foisonnement baroque et décentré de la voix (Fellini).

La parole s'incarne en référence à la force symbolique du langage.

Dans Psychose, la mise-en-corps est impossible. Les pouvoirs de l'"acousmètre" ne sont pas conjurés. La mère (morte) ne peut pas rejoindre sa voix.

On touche aux limites de l'effet de réel au cinéma par un "frôlement" de la voix et du corps.

 

 

The Big Swallow (James Williamson, 1901).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Chion
ProOral

LH.LLK

R.corps

Rang = O
Genre = MH - NP