Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Cinéma muet                     Cinéma muet
Sources (*) :              
Michel Chion - "La voix au cinéma", Ed : Cahiers du Cinéma, 1982, p20

 

-

Le "cinéma muet" devrait plutôt s'appeler "cinéma sourd"

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

On n'a parlé de "cinéma muet" qu'à partir de 1929, deux ans après le film "Le chanteur de jazz" qui marquait l'émergence du cinéma parlant. Avant, c'était le cinéma tout court, les personnages étaient sans voix mais personne ne pensait qu'ils étaient muets. Il y avait du discours. On trouvait le moyen de faire imaginer la voix. Le spectateur était coupé des bruits réels de l'action, mais ils étaient recréés par des bruiteurs, des bonimenteurs et des musiciens. Les acteurs bougeaient les lèvres, leurs propos nous étaient communiqués par des inter-titres.

Chacun pour soi rêvait les voix du film, comme un sourd. Il y avait plus de place pour l'imagination qu'avec des voix réelles. Le cinéma parlant, au contraire, ferme l'imaginaire.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Chion
CinemaMuet

EM.LEE

S.muet

Rang = O
Genre = MH - NP