Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur le cri                     Sur le cri
Sources (*) : Rien qu'une trace, au point d'arrêt               Rien qu'une trace, au point d'arrêt
Michel Chion - "La voix au cinéma", Ed : Cahiers du Cinéma, 1982, p76

 

Le point de cri (Karen Deryiceu, 2010) -

Dissemences et dissémination

Le point de cri est le trou noir vers lequel converge la fiction

Dissemences et dissémination
   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

Dans Blow-Out, John Travolta, preneur de son, a besoin d'un cri de femme pour un film. A ce stade, on est encore dans le cliché, sur le modèle du Psychose d'Hitchcock (une femme nue sous la douche, quelqu'un écarte le rideau, brandit un couteau). Quand il recueille un vrai cri qui jaillit "à point nommé" d'une bouche féminine, la fiction prend une autre dimension. Que s'est-il passé? Tout le film n'aura été qu'une grosse machine faite pour accoucher de quelque chose d'impensable, d'indicible, d'irreprésentable, qui est incarné par ce fantasme d'absolu sonore qu'est le cri, mais qui n'est pas le cri lui-même.

Quoi? Michel Chion parle d'un point de cri. C'est moins sa substance qui importe que sa place : à la limite un rien, un blanc, une absence. Il suspend le temps, il le déchire.

Des films comme King-Kong ou la Tour Infernale déploient, eux aussi, des luxes d'extravagance pour converger dans un cri de femme.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Chion
VoixCri

EN.OIR

CabPoint

MF.ICT

MQiDissemences

GF.GGF

Q.point

Rang = M
Genre = DET - DET