Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Cinéma, la voix - je                     Cinéma, la voix - je
Sources (*) : Au centre du cinéma, la voix               Au centre du cinéma, la voix
Michel Chion - "La voix au cinéma", Ed : Cahiers du Cinéma, 1982, p53

 

-

[Au cinéma, il y a "voix-je" quand la voix-off du narrateur est si proche du spectateur que celui-ci ne peut pas éviter de s'y identifier]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Pour qu'il y ait "voix-je" au cinéma au sens de Michel Chion, il ne suffit pas qu'une personne parle à la première personne du singulier. Il faut que sa voix se détache de son corps, qu'elle suspende le temps, qu'elle revienne hanter l'image en étant suffisamment proche de l'oreille du spectateur pour que celui-ci se l'approprie, qu'il la perçoive en lui, qu'il ne puisse pas faire autrement que de s'y identifier. Tous les voix-off ou acousmatiques ne sont pas des voix-je.

Cela implique de respecter certaines contraintes :

- la voix semble venir d'un lieu extérieur à la scène et montrer l'image, comme un bonimenteur ou comme une mère archaïque, qui enveloppe l'enfant et nomme les choses,

- la voix est disposée aussi près que possible du micro, créant un sentiment d'intimité, de présence,

- absence de réverbération et d'écho, pour que la voix résonne en nous comme la nôtre, pour qu'elle soit à elle-même son propre espace. Elle doit être englobante, insinuante, insaisissable. (A contrario, une voix distanciée, englobée est vécue comme corps dans l'espace, comme voix d'un autre c'est-à-dire voix off).

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'acousmêtre est l'être dont on entend la voix sans avoir jamais vu son visage

-

Il y a deux types de voix-off : celle qui nous reste extérieure (en retrait) et celle à laquelle nous nous identifions (voix-je)

-

Une voix réduite à une respiration très proche nous fait ressentir notre corps comme corps de l'autre

-

Pour prendre possession du spectateur, la voix-je se doit d'éviter ce qui la désigne comme un objet qu'on peut saisir

-

Depuis la nuit des temps, ce sont les voix qui montrent les images

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Chion
CinemaVoixJe

AA.BBB

CinemaVoix

UJ.NAR

KK_CinemaVoixJe

Rang = N
Genre = -