Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La chair, la voix                     La chair, la voix
Sources (*) : Cinéma, la voix - je               Cinéma, la voix - je
Michel Chion - "La voix au cinéma", Ed : Cahiers du Cinéma, 1982, p56

 

-

Une voix réduite à une respiration très proche nous fait ressentir notre corps comme corps de l'autre

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Il arrive qu'au cinéma il n'y ait ni dialogues, ni textes, ni mots, mais seulement une respiration très proche vis-à-vis de laquelle nous n'arrivons pas à prendre nos distances. C'est le cas par exemple dans Elephant Man (David Lynch, 1982), quand l'homme-éléphant est amené, cagoulé, dans le bureau du docteur. A ce moment, le spectateur n'a pas encore vu son visage. Il entend sa respiration, ses soupirs, sa déglutition, il vibre avec lui, il ressent sa peur dans son propre corps. Il ne peut que s'identifier à lui, s'impliquer dans la scène - comme si le corps du monstre était le sien propre.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Chion
ProChair

EE.LEE

CinemaVoixJe

GR.LER

S.altéritéGenre = MH - NP