Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Cinéma, la voix - je                     Cinéma, la voix - je
Sources (*) :              
Michel Chion - "La voix au cinéma", Ed : Cahiers du Cinéma, 1982, p56

 

-

Pour prendre possession du spectateur, la voix-je se doit d'éviter ce qui la désigne comme un objet qu'on peut saisir

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Il arrive qu'au cinéma, la voix prenne possession de l'image et des personnages mêmes. Le spectateur ne perçoit plus ses contours, son identité. Il y est englobé. Elle se confond à la fois avec le corps de l'émetteur et avec le sien. Il l'assimile comme voix intérieure (voix à laquelle l'image est intérieure), voix neutre, voix de tout le monde, voix que chacun pourrait éventuellement produire. Elle fonctionne alors comme un texte écrit qui parle dans le for intérieur de la lecture.

Dans un scène de Psychose (Hitchcock, 1960), le personnage masculin (Anthony Perkins) est prostré dans sa cellule. Son visage est neutre, mais il entend en lui la voix de sa mère proche, insinuante, sans écho, qui le vampirise.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Chion
CinemaVoixJe

HE.LEF

U.voixJe

Rang = O
Genre = MH - NP