Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, ses livres                     Derrida, ses livres
Sources (*) : Derrida fait signe au hors - livre               Derrida fait signe au hors - livre
Jacques Derrida - "Positions", Ed : Minuit, 1972,

Positions (Jacques Derrida, 1972) [Positions]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

Table

TABLE : (sur 113 pages) :

p7 : Avertissement (mai 1972).

p9 : Implications (Entretien avec Henri Ronse, publié dans les Lettres Françaises n°1211, 6-12 décembre 1967).

p25 : Sémiologie et grammatologie (Entretien avec Julia Kristeva publié dans Informations sur les sciences sociales VII, 3 juin 1968).

p51 : Positions (Entretien avec Jean-Louis Houdebine et Guy Scarpetta, publié dans Promesse n°30-31, automne et hiver 1971).

 

 

  ----------------------------

Formulations partir de ce texte (les ttes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Dans le prolongement de la psychanalyse, la dissémination résiste indéfiniment à l'effet de subjectivité que Lacan appelle ordre du symbolique]

L'espacement ne désigne rien : c'est l'index d'un dehors, d'une hétérogénéité, d'un mouvement qui indique une altérité irréductible

Le jeu de la différance fait qu'aucun mot, aucun concept ne vient résumer et commander depuis un centre le mouvement et l'espacement textuel des différences

L'écriture ne commence pas : au contraire, à partir d'elle on met en question la requête d'un commencement absolu

Le gramme, comme différance, est le concept le plus général de la sémiologie, qui devient grammatologie

Déconstruire, c'est faire glisser les concepts jusqu'à leur point de non-pertinence, leur épuisement, leur clôture

Remettre en question le signifié transcendantal, c'est reconnaître que tout signifié est aussi en position de signifiant; c'est déconstruire, avec le signe, tout ce qui lie notre culture

La dissémination est la possibilité de déconstruire l'ordre symbolique dans sa structure générale et dans les formes de la socialité, de la famille et de la culture

La littérature ou l'art sont souvent porteurs d'une déconstruction générale à quoi résistent les appareils conceptuels

"Il faut la vérité", c'est la loi - disséminatrice et fétichiste

L'espacement est l'impossibilité pour une identité de se fermer sur elle-même : c'est l'irréductibilité de l'autre

L'écriture est l'impossibilité pour une chaîne de s'arrêter sur un signifié

La stratégie générale de la déconstruction est double : intervenir en renversant les hiérarchies; désorganiser les systèmes en explorant les écarts

La différance est le devenir-espace de la chaîne parlée

"Autre" n'est ni une forme de présence, ni un être : c'est l'inscription de ce qui ne peut pas être posé

La dissémination est la force qui permet à une marque de rompre son attache avec l'unité d'un signifié et de défaire l'édredon du symbolique

La dissémination affirme le jeu de la castration sans l'arrêter, ni le surveiller, ni le signifier, ni le représenter

Le champ textuel marqué par la déconstruction est groupé : un seul auteur est incapable d'y pratiquer l'écart de la dissémination, il est impossible d'y "faire le point"

Le phallus, interprété métaphysiquement, est un signifiant transcendantal, le corrélat d'un signifié premier (par exemple la castration ou le désir de la mère)

La déconstruction n'est pas une décision volontaire ni un commencement absolu : elle s'entame selon des lignes de force localisables dans le discours à déconstruire

Prise dans un réseau, un travail de tissage impossible à arrêter, la différance produit des chaînes d'autres mots : gramme, réserve, trace, espacement, supplément, etc...

S'il y avait une définition de la différance, ce serait la limite, l'interruption, la destruction de la relève hegelienne partout où elle opère

La teneur conceptuelle de la dissémination, c'est que la force et la forme de sa disruption crèvent l'horizon sémantique

La dissémination figure ce qui ne revient pas au père

Bien que la parole et l'écriture phonétique soient massivement restreintes par les nouvelles pratiques formelles, le livre ne meurt pas, il est enfermé dans sa clôture

Il y a de la pensée, mais partout où elle opére, elle ne veut rien dire

Le sujet est un mouvement d'intériorisation - idéalisation - relève - sublimation

En ne renvoyant qu'à sa propre écriture tout en se consumant dans la lecture d'autres textes, l'opération textuelle derridienne met en question l'unité du livre

En donnant à lire comme symptômes les textes de notre culture, le travail de déconstruction donne un grand plaisir

Plus que de tout autre à leur époque, on peut rapprocher les travaux de Derrida et de Lacan à cause de leur effet critique

La problématique heideggerienne est la défense la plus profonde et la plus puissante de la pensée de la présence

L'appareil théorique de Lacan, marqué par le logocentrisme de la parole pleine et de la vérité, résiste à une déconstruction générale

Positions (Jacques Derrida, 1972) [Positions]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
DerridaBiblio

1972_POSITI

DerridaHorsLivre

LT.LEG

YYA.1972.Derrida.JacquesGenre = -