Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'image chrétienne imite l'infigurable                     L'image chrétienne imite l'infigurable
Sources (*) :              
Georges Didi-Huberman - "Fra Angelico, Dissemblance et figuration", Ed : Flammarion, 1995, p80

 

Detail de la predelle du tabernacle de Linauioli (Fra Angelico, 1433) -

La peinture ne procède pas par mode d'image, mais par mode de vestige

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans la peinture chrétienne, l'image de dieu (imago) est concentrée au point le plus élevé de l'âme. Ailleurs, l'image est brisée, souillée. C'est le vestigium : destruction, trace, ruine, empreinte d'une présence. Le vestige est une terre de l'oubli, un sépulcre. Il n'atteint pas à une ressemblance spécifique mais reste obscurci, décoloré. Ses fragments sont disséminés, non spécifiques. Pourtant le salut est possible. On peut espérer une conversion. L'image n'est pas simple, mais multiple. Le vestige est une ruine, mais aussi une permanence. L'image se dresse dans l'ombre, dans l'apparence, elle erre en aveugle, mais elle marche. Elle entre dans une dialectique d'attente, de désir, de visée.

L'art dévôt prend à rebours les vues triviales d'Alberti. Il sait que l'homme est égaré dans la région de la dissemblance, qui est dissemblance à Dieu. Dieu n'est pas l'Être à voir. La configuration même du corps humain est dissemblance. L'image de dieu n'a rien à faire avec cette image visible. Quand on peint une istoria, on sait bien que ce n'est pas cela. Accepter la misère du monde conduit à une l'esthétique du vestige : Je sais que je ne peins que des traces d'une image inaccessible, mais désirable.

L'esthétique de Fra Angelico est une esthétique des confins. Elle vise une image à venir. C'est une esthétique de l'approximation. De même qu'une prière est approximative, les panneaux colorés (marbre feint) de la Madone des ombres sont le comble de l'humilité picturale.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

DidiHuberman
DidiChristime

DJ.LKK

T.reste

Rang = N
Genre = IA -