Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'écran vient en plus                     L'écran vient en plus
Sources (*) :              

 

-

Frédéric Neyrat, dans un article de la revue "Rue Descartes" n°53, p21.

L'écran cinématographique est le stade du miroir de la nation américaine, où elle anticipe l'image de son unité à venir

   
   
   
                 
                       

 

Il est naturel qu'un art choisisse, pour se manifester, un peuple neuf, a dit Elie Faure en 1922. Tout se passe comme si le cinéma et les USA avaient partie liée et s'étaient développés simultanément.

Pour le réalisateur américain, le dévoilement de sa réalité est la mise en oeuvre d'une fiction, parce que sa réalité est à construire bien davantage qu'à enregistrer. Pour que le Nouveau-Monde puisse acquérir la confiance en soi, il fallait qu'il confie au futur sa justification et son succès, qu'il ait la capacité à s'engendrer lui-même, comme l'explique Richard Rorty.

 

 

Ainsi le cinéma hollywoodien est-il "originairement productif", comme projection de l'Amérique. Il s'agit de produire le Soi de la nation. Cette anticipation conditionne le présent, elle construit la confiance par laquelle on peut créditer une fiction. C'est la fonction archi-politique ou archi-esthétique du cinéma. Elle s'applique au Nouveau Monde plus qu'à l'Ancien, car pour ce dernier le cinéma s'ajoute aux arts et aux figurations préalables, mais on peut dire aussi qu'elle tend à se généraliser, à se globaliser.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

RueDescartes53
ProEcran

MQ.MMQ

T.USA

Rang = P
Genre = MH - NP