Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
André Bazin                     André Bazin
             

 

-

Page créée par le scripteur le 25 août 2006.

[A partir d'André Bazin (1918-1958)]

   
   
   
                 
                       

logo

 

- Bibliographie d'André Bazin.

 

Sur la scène française de la critique cinématographique, André Bazin occupe une place fondatrice, à partir de laquelle ou en opposition à laquelle se sont construits la plupart des courants, non sans le réduire à quelques clichés : le réalisme, le montage-séquence. Selon lui, le mythe originel du cinéma est le réalisme total. Il s'appuie sur le fait que le cinéma est une empreinte de l'objet qui en conserve la présence. L'essentiel est de ne pas tricher avec la réalité, c'est-à-dire avec le moi du spectateur : une conception phénoménologique et humaniste du cinéma.

Il remet l'évolution du cinéma de son temps en perspective, le comparant au roman et au théatre.

 

Propositions (les tÍtes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

Le cinéma amplifie l'énergie verbale des acteurs, il lui donne assez de résonance pour qu'elle soit encore perçue par le spectateur

-

Comme le roman, le cinéma s'oppose au théatre par la primauté de l'événement sur l'action, de la succession sur la causalité, de l'intelligence sur la volonté

-

Le découpage traditionnel en champ/contre-champ partage le dialogue selon une syntaxe élémentaire de l'intérêt

-

Le secret du western est qu'il s'identifie à l'essence même du cinéma, qui est l'art spécifique de l'épopée

-

Avec le montage, le cinéma naît en tant qu'art disposant d'un langage qui le distingue vraiment de la photographie animée

-

Plus que tout autre art, le cinéma est l'art propre de l'amour

-

L'écran détruit radicalement l'espace pictural, car il est centrifuge (il prolonge l'espace), tandis que le cadre est centripète (il isole le tableau)

-

La reconstitution d'un documentaire n'est acceptable qu'à deux conditions : ne pas tromper le spectateur; ne pas contredire l'événement relaté

-

L'érotisme est un contenu fondamental du cinéma, et de lui seul (par opposition aux autres arts, qui le confinent dans des "genres" spécialisés)

-

Au cinéma, il faut que nous puissions croire en la réalité des événements en les sachant truqués : c'est la limite du montage

-

L'essentiel du cinéma ne réside pas dans l'expressionnisme de l'image ou du montage, mais dans un langage capable de faire passer la continuité vraie de la réalité

-

Un documentaire est un scénario, tandis qu'un témoignage cinématographique est ce que l'homme peut arracher à l'événement

-

Le cinéma est une recherche de l'homme : il fait prendre conscience de la condition humaine, qu'il saisit au présent

-

On s'identifie plus facilement aux personnages de l'écran qu'à ceux de la scène, car on peut faire abstraction de leur réalité physique pour les transposer en objets d'un monde imaginaire

-

Le réalisme en art, c'est contraindre l'esprit à prendre parti sans tricher

-

Il n'est pas de réalisme en art qui ne fut d'abord profondément esthétique

-

Il y a une obscénité, une pornographie ontologique de l'image cinématographique

-

Par cinéma, on entend la liberté de l'action par rapport à l'espace, et la liberté du point de vue par rapport à l'action

-

L'émergence de la photographie a bouleversé radicalement la psychologie de l'image : c'est l'événement le plus important des arts plastiques

-

Photographie, cinéma et télévision sont des empreintes de l'objet, des traces qui en préservent un certain degré de présence

-

A chaque avancée technique du cinéma, les réalisateurs inventent un message inouï; mais la rhétorique formelle épuise vite sa capacité créative

-

La perspective fut le péché originel de la peinture occidentale; Niepce et Lumière en furent les rédempteurs

-

Une sonorisation naturelle pousse le cinéma dans le sens d'un art réaliste

-

Le montage cinématographique crée un sens que les images ne contiennent pas objectivement et qui procède de leur seul rapport

-

La profondeur de champ est une acquisition capitale de la mise en scène cinématographique, qui met l'événement en valeur en rapprochant le spectateur de l'image

-

Dans le cinéma moderne, pour que le spectateur éprouve le sentiment d'une présence totale à l'événement, il faut que le cadrage épouse le rythme pur de l'attention

-

Le cinéma a contribué à faire disparaître le répertoire tragique en modifiant notre sens de la vraisemblance dans l'interprétation

-

Le mythe originel du cinéma est celui du réalisme total : ajouter à l'objectivité de la photographie celles du mouvement, du relief et du son

-

Au temps du muet, le montage évoquait ce que le réalisateur voulait dire; en 1938, le découpage décrivait; dans les années 1945-55, le metteur en scène écrit directement

-

Le néo-réalisme au cinéma se caractérise par l'affirmation d'une certaine globalité du réel

-

Le comique de Jacques Tati tient à la juxtaposition 1/ de la précision des dialogues et des bruits 2/ de leur décalage, qui révèle la bande-son comme insignifiante

-

Le but esthétique du surréalisme correspond à celui de la photographie : produire des images qui, comme hallucinations vraies, abolissent la distinction de l'imaginaire et du réel

-

Bibliographie d'André Bazin (1918-58)

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Bazin
BazinCheminements

AA.BBB

FF_BazinCheminements

Rang = zQuois_Bazin
Genre = -