Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'histoire de l'art veut faire sens                     L'histoire de l'art veut faire sens
Sources (*) : Chaque oeuvre transforme l'art               Chaque oeuvre transforme l'art
Hubert Donoissy - "D'un point de non-savoir", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 27 août 2006

 

-

Sur le Contemporain

[L'histoire de l'art est une tentative désespérée de donner un sens à l'art]

Sur le Contemporain Autres renvois :
   

Art, humanisme, humanitaire

   

Sur l'histoire

   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

L'histoire de l'art prolonge une longue tradition humaniste qui, depuis Pline et Vasari jusqu'à Lessing et beaucoup d'autres, a produit une jurisprudence qui est restée longtemps relativement stable. Elle repose sur des règles de lecture et de description ainsi que sur une formidable accumulation de connaissances qui se veulent aussi exactes que possible. Utilisant différentes méthodes bien explicitées, par exemple la méthode iconologique d'Erwin Panosfky qui subordonne l'oeuvre d'art à la raison, elle interprète l'image en fonction de ses significations ou du code qu'elle est supposée restituer.

Une mutation est intervenue au début du 20ème siècle, qui a mis en question l'objet et même l'existence de cette discipline. Selon les nouvelles théories, l'histoire de l'art est anachronique - comme toute histoire. Les méthodes descriptives y sont utiles mais insuffisantes. Le classement par les écoles ou par les styles ne permet pas d'accéder à l'essence de l'oeuvre. En général, l'art résiste au savoir. Une image est un symptôme, elle se spécifie par un non-savoir. L'oeuvre ne peut être interprétée que dans sa singularité. Ceux qui, comme Carl Einstein ou Walter Benjamin, ont tiré les conséquences de ce malaise, ont été (à leur époque) mis à l'écart. D'autres ont accepté une lente évolution par laquelle la critique, diversifiée et multiple, a pris le pas sur l'histoire académique.

Dans histoire de l'art, il y a histoire et art. Les deux mots sont problématiques, et leur rapprochement encore plus. Tous deux suggèrent quelque chose de l'ordre de l'origine, du commencement, comme si l'histoire de l'art devait avoir un début et une fin. Or cette idée d'un sens de l'histoire fait obstacle à un regard sur les oeuvres.

Toute histoire de l'art s'écrit à partir du présent. A condition de ne pas négliger cette évidence, on peut tenter une archéologie critique de l'histoire de l'art.

On ne se débarrasse jamais complètement de l'idée d'une rédemption par l'art. Malgré l'effacement des avant-gardes, cette idée revient toujours (sous une forme ou une autre). Toute histoire de l'art prophétise.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'histoire de l'art est une discipline humaniste

-

Il faut tenter une archéologie critique de l'histoire de l'art propre à déplacer ses postulats humanistes

-

Les catégories d'art et d'histoire sont des obstacles épistémologiques pour l'historien d'art

-

L'historien de l'art, qui propose une connaissance spécifique de l'objet d'art, donne à lire un passé dont il est l'auteur, l'artisan et l'inventeur

-

Le mot "iconologie" laisse entendre que les images de l'art imitent, autant que le visible, un invisible qu'on peut décrire par le langage, le logos ou la raison

-

L'historien de l'art propose un savoir sur l'objet d'art, tandis que l'oeuvre se spécifie par un non-savoir

-

Toute description d'une oeuvre d'art requiert de nouveaux suppléments descriptifs - que n'épuisent ni le discours sur l'art, ni les cartouches

-

L'histoire de l'art postule la continuité de son concept

-

[L'iconologie est l'interprétation des phénomènes artistiques fondée en raison]

-

Dans l'histoire de l'art, l'exactitude n'apporte aucune vérité

-

Le positivisme postule que tout le visible peut être décrit et compté comme tout

-

Pour dire la vérité de l'oeuvre, le savoir académique se l'approprie, s'y identifie, la restitue au code en excluant son extériorité

-

En art, a priori, les écoles n'existent pas

-

L'historien d'art garantit la fermeture du visible sur le lisible

-

L'historien de l'art fait revenir le tableau comme reste ou mémoire d'un mort, comme s'il pouvait faire revivre son légitime propriétaire afin de lui restituer l'oeuvre

-

Si l'art ne meurt pas, c'est parce que le savoir se montre impuissant à le tuer

-

L'histoire de l'art est une histoire de prophéties

-

L'histoire de l'art est la lutte de toutes les expériences optiques, des espaces inventés et des figurations

-

L'histoire ouvre des perspectives à partir du point focal du présent

-

L'histoire de l'art est une discipline anachronique

-

Il n'y a pas d'histoire de l'art, car aucun enchaînement causal ne détermine la succession des oeuvres, laquelle est aussi imprévisible que celle des systèmes philosophiques

-

Walter Benjamin aura marqué son entrée dans l'histoire de l'art en disant qu'elle n'existe pas : chaque oeuvre est une monade à considérer comme telle

-

Le mouvement qui est propre aux images, leur pouvoir spécifique, apparaît comme un symptôme, un malaise dans l'histoire de l'art

-

[Une mutation épistémologique de l'histoire de l'art a eu lieu dans les premières décennies du 20ème siècle en Allemagne et à Vienne]

-

L'histoire de l'art est une jurisprudence que les juges pourront modifier à l'avenir

-

Carl Einstein a exigé l'impossible de l'histoire de l'art; en échange, celle-ci ne pouvait que l'exclure de son champ

-

Est "critique d'art" toute personne rendant publics ses jugements esthétiques

-

On peut rêver de l'humanité d'un monde dans lequel étudier l'image nous sauverait de toute violence

-

L'histoire de l'art est née au moins deux fois : en 77 de notre ère avec Pline l'Ancien, et en 1550 avec Vasari

-

La contestation par Lessing du principe académique "Ut pictura poesis" (La peinture est comme la poésie) (1763) ouvre la voie à l'art moderne

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Hubert
ProHistArt

AA.BBB

ArtCheminements

HI.STO

PlanSite

FH.LHF

JT_ProHistArt

Rang = LHistoireDeLart
Genre = -