Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'oeuvre garde /manifeste le secret                     L'oeuvre garde /manifeste le secret
Sources (*) : Là où ça oeuvre, ça déconstruit, ça vaccine               Là où ça oeuvre, ça déconstruit, ça vaccine
Max Uryos - "Une axologie sans fondement", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 3 novembre 2016

 

-

Complaisamment j'exhibe toutes les facettes de mon image, afin de protéger mon secret ("I'm not there", film de Todd Haynes, 2007)

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Le titre joue sur la personnalité de Bob Dylan, mais il renvoie aussi à la structure du film. Tout est fait pour que le chanteur, à travers les six acteurs qui l'incarnent, ne soit pas là. Tout dans l'organisation du film insiste sur cette absence : on ne peut jamais s'arrêter sur une image, chaque séquence bascule soudain sur une autre, imprévisible, avec d'autres personnages. On entend ses chansons, mais on le voit rarement (quelques instants à la fin du film, avec son harmonica). Si ses avatars et ses spectres sont complaisamment exposés, est-ce pour laisser entendre qu'au moment du tournage et presque dix ans avant qu'il ait obtenu le prix Nobel (qu'il a accepté, après une certaine période de diète médiatique), il était peut-être, quoiqu'on en dise, déjà mort? Ou bien faut-il se méfier de cette insistance, et se dire que peut-être les six personnages ligués pour le présentifier, pour écrire sa légende de star ou d'idole, ne laissant aucune place à sa véritable singularité, à son secret?

 

 

Le paradoxe du titre, c'est qu'il dit "je", un "je" qu'on a tendance à attribuer à Bob Dylan alors que celui-ci ne dit rien. On entend ses chansons enregistrées mais il reste silencieux. C'est cela son honneur, sa dignité : nul ne sait qui est Bob Dylan. On pourrait prendre 6000 acteurs au lieu de 6, on arriverait au même résultat. Comme le "Je suis mort" du Valdemar de Poe, la phrase "I'm not there" est soit triviale (premièrement je ne suis pas dans le film, et deuxièmement aujourd'hui, quand tu regardes ce film, je ne suis plus là), soit paradoxale (celui qui dit "je" est nécessairement là dans le temps où il dit "je"; sinon comment pourrait-il dire "je"?). Derrière cette complexité surmultipliée, ce à quoi le nom "Bob Dylan" [qui n'est jamais cité dans le film] renvoie reste absolument inconnu.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
IVocalSecret

VH.KKJ

IncondOeuvrer

LE.KLL

zm.Haynes.2007

Rang = VHaynesDylan
Genre = MH - NP