Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La pensée laisse en suspens                     La pensée laisse en suspens
Sources (*) : On n'arrête pas l'angoisse               On n'arrête pas l'angoisse

 

Street Art -

Giorgio Agamben, "La fin de la pensée" (1982). Cité par Jacques Derrida in Droit de regards (Minuit, 1985) pXXV.

Le mot "pensée" veut dire à l'origine l'angoisse, le tourment, le suspens

   
   
   
                 
                       

 

Derrida cite Giorgio Agamben à propos des photographies du roman-photo de Marie-Françoise Plissart, Droit de regards. Les photographies, dit-il, sont comme de la pensée. En quel sens?

- elles sont silencieuses, sans voix,

- elles sont en suspens.

"Penser" a pour étymologie le mot latin "pendere", qui signifie "être en suspens". On retrouve ce sens dans la formule italienne "stare in pensiero" (être dans les affres). Celui qui pense, dit Saint-Augustin, est en suspens, sans autre repos que dans l'union avec l'objet enfin trouvé. Qu'est-ce qui est en suspens dans la pensée? Les mots, la voix. Pour penser dans le langage, il faut se dégager de la dimension charnelle de la voix, la laisser en souffrance.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Agamben
ProPensee

BQ.FER

InsuAngoisse

DP.GHH

UPensee

Rang = MPensee
Genre = MK - NG