Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Le cercle ouvert de la différance                     Le cercle ouvert de la différance
Sources (*) : En s'auto - affectant, l'oeuvre ouvre un monde               En s'auto - affectant, l'oeuvre ouvre un monde
Pierre Delain - "Pour une œuvrance à venir", Ed : Guilgal, 2011-2016, Page créée le 16 septembre 2006 Derrida, l'art, l'oeuvre

[Dans l'art se révèle, par auto-affection, le cercle ouvert, infini, de la différance]

Derrida, l'art, l'oeuvre
   
   
   
Séparer "oeuvre" et "art" Séparer "oeuvre" et "art"
Oeuvre archivée, anarchivante               Oeuvre archivée, anarchivante    
L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire                     L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire    

On peut résumer par cette formulation la conclusion du texte de Jacques Derrida Lecture de "Droit de regards" de Marie-Françoise Plissart (pages XXXIV-XXXVI), un des rares passages dans le corpus derridien où il s'interroge sur l'"art" (en général), ici la photographie comme Art (avec une majuscule qu'il reprend à son compte après avoir cité la Chambre claire de Barthes) [et malgré le fait que le mot "différance" ne soit pas utilisé une seule fois dans le texte]. A partir de quand la photographie est-elle un art? Telle serait la question, et la réponse pourrait être résumée par l'image équivoque, aporétique, d'un cercle ouvert. Un cercle, par essence, n'est-il pas fermé? Dans de nombreux textes, Jacques Derrida dénonce la circularité, la clôture de l'échange, du sacrifice ou de la dette. Or, voici que l'art révèlerait la possibilité d'un cercle ouvert, infini. D'un côté, toute circularité est infinie; et d'un autre côté, au centre du cercle, il faut un point infiniment petit, comme on dit, c'est-à-dire inexistant. C'est par là, dit Derrida, que le cercle s'ouvre. "Cela signe comme une spirale, un anneau central reste ouvert".

Quelle différence y a-t-il, donc, entre la photographie courante, documentaire, empreinte et indice du monde, et la photographie d'art? C'est que le cercle fuit par le centre, dans les deux sens du mot "fuite" : Il déborde et il s'enfuit, ou plus exactement ce qui s'enfuit, c'est la récurrence. Comment un cercle peut-il fuir la récurrence, c'est-à-dire la circularité qui le constitue comme cercle? Par l'oeuvre, car il y a dans l'oeuvre du nom, de l'idiome, du manque, du secret, de l'indéchiffrable et de l'intraitable - bref, tout ce qui fait fuir. Avec cette image du cercle ouvert ("Nous sommes ensorcelés par l'image d'un cercle ouvert"), c'est le statut ambigu de l'oeuvre d'art qui est mis en question. Elle est à la fois réalisable et irréalisable, une chimère double (oeuvre d'un côté, art de l'autre), mais une chimère ensorcellante. Là où s'ouvre le noyau, en ce centre percé, là où l'oeuvre ne parle que d'elle-même, là où sa fin rejoint son commencement, peuvent se déployer les figures du retournement : récurrences, inversions, antistrophes, mises en abyme, répétitions, auto-affections. Dans l'art photographique, il est question d'une autre scène (une scène primitive). Par sa technique, son fonctionnement machinique, elle s'écarte d'elle-même et aussi de son référent. Ce qui est perceptible dans ce référent [le Ça a été de Roland Barthes] devient l'indice de l'autre, du tout autre, dans son incertitude infinie.

Pour préserver l'ouverture du cercle, il faut garder en lui un espace vide, une indétermination, un tremblement.

---

Pour Jean-Luc Nancy, la distinction de la forme et du fond participe de ce processus.

 

 

Une image du livre de Marie-Françoise Plissart.

--------------

Propositions

--------------

-

Une oeuvre d'art préserve un fonds indéterminé, un espace vide où la différence, tremblante, est mise en mouvement

-

Une oeuvre peut être vue comme événement d'auto-affection de la scène primitive

-

Au-delà de tout genre, l'art suppose, dans un espace quasi-transcendantal, l'éloignement de tout référent perceptible

-

Un art ouvre l'incertitude infinie du rapport au tout-autre

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Laurent : Je crois qu'on n'a pas assez réfléchi à cette figure extraordinaire du cercle ouvert.

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
ArtDifferance

AA.BBB

ArchiOeuvreAutoAff

DR.LDR

DerridaArt

CE.JHH

ArchiOeuvreArt

LG.LLG

ArchiOeuvreArchive

MF.LFF

OeuvrePrincipe

OM.LLM

JH_ArtDifferance

Rang = KRevelationArt
Genre = MK - NP