Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur des films                     Sur des films
             
Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Galgal, 1988-2007, Page créée le 16 septembre 2006

 

-

"Zidane" (le film de Philippe Parreno et Douglas Gordon, 2006), a pour thème l'omniprésence du corps et de la voix

   
   
   
                 
                       

logo

 

Pourquoi avoir intitulé le film Un portrait au 21ème siècle? Pour exprimer le fait que le film est un canon, et se veut tel. Ce n'est pas un canon sportif, ni un canon de beauté, c'est un canon filmique. Il est (le film) aussi typique qu'une statue antique. Il nous donne le canon d'une certaine esthétique qui est celle d'un certain art contemporain, dont il est déjà considéré comme un chef d'oeuvre. Son véritable sujet (au film) n'est pas un sportif (Zidane), mais la façon de faire un film, voire la bande-son comme objet d'exposition. Les artistes conceptuels Philippe Parreno et Douglas Gordon se prennent eux-mêmes pour sujets. D'ailleurs les commentaires (souvent admiratifs), qui ne sont pas vraiment des critiques de cinéma, soulignent avant tout la performance technique : des talents de réputation mondiale (le directeur de la photographie, le cadreur, le mixeur, le monteur - il n'y a évidemment plus de scénariste, et le réalisateur est un artiste, pas un auteur de film), 17 caméras synchronisées prêtées par l'armée américaine et/ou 32 caméras numériques, "mêlant différents formats du Super 35 mm à la haute définition pour une projection finale en scope". La conjonction de ces compétences vaut bien la performance sportive de l'homme dont le portrait humano-cinématographique remplace celui des dieux du stade qui ne sont plus qu'une référence très lointaine.

Autour de Zidane - qui n'est qu'un prétexte, le film nous montre comment, aujourd'hui, on fabrique un film. Le 21ème siècle est portraitisé comme celui où l'espace (vocalisé) est construit à partir du vécu immédiat d'un homme, transformé, combiné, incrusté jusqu'à devenir le portrait d'un monde audiotechnovisuel.

Que serait un film où l'omniprésence vocale se désintéresserait totalement de la parole? A peu près ça. Zidane a à peine besoin d'une voix, car sa voix à lui, c'est un corps. Le film porte sur le corps de Zidane : il respire, sue, court, crache... Entièrement concentré sur le ballon comme une bête surveillant sa proie, attentif uniquement au jeu, traversé de part en part par les bruits du stade qui ne sont qu'une extension de ce corps, étranger à tout ce qui pourrait l'éloigner du ballon, Zidane est une caisse de résonance. La voix reconstituée n'est pas sa voix à lui, c'est un artefact entièrement fabriqué (une bande-son), un dispositif technique, une combinaison de montage, d'écriture, de sonorités, de bruitage, de musique et de synchronisations. ll y a effacement radical de la voix subjective sous l'instrumentalisation.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

2005.PA.RRE

zm.Gordon.2005

Rang = YParreno
Genre = MH - NP