Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, médias, télé - technique                     Derrida, médias, télé - technique
Sources (*) : Les mots de Jacques Derrida               Les mots de Jacques Derrida
Pierre Delain - "Les mots de Jacques Derrida", Ed : Guilgal, 2004-2016, Page créée le 5 novembre 2006

[Derrida, télé-technique, médias]

Autres renvois :
   

Derrida, l'Internet

   

Audiovisuel et autres media

   

Technique, technologies actuelles

Derrida, notre époque, le contemporain

                 
                       

1. Télé-techno-discursivités.

Pour désigner une sorte de complexe aux frontières floues, de vaste conglomérat regroupant les médias, la science, la technique, la télévision, l'audiovisuel, l'Internet etc..., Jacques Derrida se sert d'une série de syntagmes plus ou moins interchangeables : télé-communications, télé-technique, télé-techno-science, techno-télé-discursivité, etc.... Cet ensemble comprend aussi le cinéma (mais la photo, silencieuse, s'en distingue). Il est performatif (un acte scientifique est toujours un faire), et aussi spectral : une spectralité envahissante, irréductible, à laquelle on est forcé de croire, de s'identifier, c'est-à-dire dont on ne peut pas faire son deuil. L'esprit moderne y est à l'oeuvre. Il produit la parole publique à travers des artefacts qui tiennent lieu de réalité.

Les télétechnologies ne sont pas nouvelles dans leur principe. Dès le 17ème siècle, on commence à inventer à la façon moderne : en fabriquant des dispositifs techniques ou des machines, en suscitant le désir de produire de nouvelles inventions. Mais la productivité technologique est plus vieille encore, elle hante l'écriture depuis toujours. Toute pensée est technique. Il n'y a pas de hiérarchie entre les différentes pensées.

 

2. Spectralités.

Les télé-technologies d'aujourd'hui ont une spécificité : leur prétention à garder vivantes des choses qui, n'ayant eu lieu qu'une fois, ont définitivement disparu. Ce n'est guère plus qu'une croyance, car entre l'événement auquel on se réfère (dont on suppose qu'il a été, à un moment donné, actuel et présent) et ce qui est reproduit, montré sur les écrans ou écouté sur les différents appareils, il y a un écart, une division insurmontable. D'un côté, la croyance au direct ou au temps réel n'est qu'un effet induit par les technologies. On peut la comparer à une fable ou une affabulation - qui n'a d'autre effet que de crédibiliser un sens. Mais d'un autre côté ce qu'elle produit n'est pas seulement une illusion, c'est aussi un effet de savoir qui transforme notre perception, la structure et le mode de production des contenus archivables. La reproductibilité instantanée est aussi une virtualisation. Elle est à la fois mécanique, mimétique, "gramophonisée", et un lieu qui promet la présence de l'autre.

 

3. Technique et religion.

A l'époque de la mort de dieu, quand les techniques d'archivage se transforment en science par inscription, chiffrage et formalisation des marques, il faut penser ensemble la technique et la religion. L'une et l'autre allient abstraction et calculabilité. Celle alliance étrange, que Derrida appelle mondialatinisation, pousse à des réactions sauvages contre ce qui est perçu comme menaçant. Des mécanismes d'auto-immunité entretiennent des effets paradoxaux : arrachement à toute identité, usages magiques de la machine, comportements archaïques.

 

4. Transformations.

Les télétechnologies d'aujourd'hui déplacent les frontières et bouleversent l'expérience du lieu. Elles renouvellent la menace d'expropriation qui est déjà dans tout rapport à l'autre. Elles entretiennent une demande de déconstruction qui invite à penser un nouveau concept du politique, une nouvelle éthique.

Du moindre appel téléphonique, on attend une réponse qui peut être prophétique. Chaque voix peut être hantée par une voix imprévisible.

Les intellectuels doivent s'organiser face à cet ensemble, imposer des normes et des conditions qui permettent à leur point de vue d'être entendu.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'écriture est déjà une télétechnologie, avec ce que cela comporte d'exappropriation originelle

-

Si je veux être chez-moi, ici-maintenant, avec mes proches, c'est pour répondre à la menace d'expropriation dont les télé-technologies sont une forme

-

La technoscience, qui arrache à toute identité et filiation propres, favorise un usage magique, archaïque, de la machine et des artefacts

-

La télé-techno-discursivité, qui détermine l'espacement de l'espace public, est irréductiblement spectrale

-

Cinéma, médias et télé-technologies mettent en scène des spectres dont on ne peut pas faire son deuil

-

La logique spectrale envahit tout, partout où se croisent le travail du deuil et la tekhnè de l'image

-

L'évolution technique (ordinateur, Internet, images de synthèse) entretient une demande de déconstruction inégalée

-

Dès qu'il y a technologie de l'image, la visibilité porte la nuit (notre propre mort) et la croyance en une réapparition miraculeuse

-

Une spiritualisation spectrale est à l'oeuvre dans toute tekhnè

-

Il faut penser ensemble - mais autrement - savoir et foi, technoscience et religion, calculable et incalculable

-

Pour penser la religion aujourd'hui, il faut la relier à un mal d'abstraction, un déracinement dont les lieux sont : la machine, la technique et la technoscience

-

La spécificité des télétechnologies d'aujourd'hui, c'est qu'on garde "vivantes" des choses (voix, visage, geste, regard) pour les reproduire plus tard comme prétendument "vivantes"

-

Dès lors que nous croyons que le prétendu "direct" est possible, le champ de la perception et de l'expérience est profondément transformé

-

Les télétechnologies divisent le présent-vivant, qui ne survit qu'en tant qu'image ou archive spectralisée

-

[La "gramophonisation" d'aujourd'hui, c'est "dire oui" à des voix enregistrées et reproduites comme vivantes - mais cet automatisme n'est qu'une parodie d'assentiment]

-

Aujourd'hui, penser son temps, c'est prendre acte que la parole publique est artificiellement produite : artefactualité et actuvirtualité

-

Seule la technique peut opérer l'"effet" de temps réel qui n'est qu'un effet particulier de différance

-

Comme la fable, l'information médiatique "fait savoir", elle produit un effet de savoir "à même" l'image ou l'oeuvre, elle accrédite un sens par une rhétorique

-

L'acte scientifique est lié par essence au savoir et au "faire" de la communauté scientifique; il est structurellement performance, performativité, technoscience

-

Les télétechnologies transforment de fond en comble la structure du contenu archivable, dans ses événements et dans son rapport à l'avenir

-

Une nouvelle cruauté allie la calculabilité technoscientifique la plus avancée à la sauvagerie la plus archaïque

-

Toute reproductibilité technique est marquée par un effet de virtualisation intrinsèque

-

L'"invention" moderne comme production, proposition, dispositif technique ou machinique tend à prévaloir sur la "découverte" comme dévoilement de la vérité

-

A partir du 17ème siècle, dans la technique comme dans l'art, on programme l'invention, on suscite le désir de la produire, de l'orienter et de réinventer son statut

-

Entre la pensée et la technique, il n'y a ni dissociation, ni hiérarchie

-

La transformation des techniques d'archivation, impression, inscription, formalisation et chiffrage des marques affecte l'appareil psychique, et aussi l'avenir de la psychanalyse

-

L'aporie de notre temps, son anachronie absolue, c'est qu'un même principe abstrait conduit aux surenchères les plus opposées : des technosciences aux intégristes

-

La mondialatinisation est une alliance étrange du christianisme, comme expérience de la mort de dieu, et du capitalisme télé-technoscientifique

-

L'expérience du lieu, c'est que la pulsion territoriale est toujours contredite, tourmentée, déplacée, déterritorialisée par les télétechnologies - aujourd'hui plus que jamais

-

Les télétechnologies déplacent les lieux et disloquent le "topolitique", ce qui détache la démocratie de la citoyenneté

-

Le nouveau régime des télécommunications disloque le lien entre Etat, territoire, et nation, ce qui forge un nouveau concept du politique dont il faut repenser le lieu

-

Il faut se battre non pas contre les télétechnologies ou l'Internet, mais pour que ces médias laissent une plus grande place aux normes proposées par les citoyens ou intellectuels

-

Dans la question du droit de regard et de notre place par rapport aux télépouvoirs, il y va d'une nouvelle éthique et d'un nouveau droit

-

Tous les réseaux de communication et de traduction, gramophoniques ou téléphoniques, attendent l'arrivée du prophète Elie : la promesse d'une voix extérieure

-

Elie est double : on ne peut convier l'un - le grand opérateur des savoirs et des centraux téléphoniques - sans avoir l'autre - le prophète imprévisible

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaTeleTechne

AA.BBB

DerridaCheminements

TE.CHN

AL_DerridaTeleTechne

Rang = zQuois_Teletechnique
Genre = -