Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Paix et justice                     Paix et justice
Sources (*) :              
Eutocie Neyier - "L'ivresse du continu", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 7 novembre 2006

 

-

[Ce n'est pas la paix qui a été faite pour la justice, c'est la justice qui a été faite pour la paix]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

1. La paix des braves, une fausse paix.

En général, on définit la paix par opposition à la guerre. Il arrive qu'on arrête de faire la guerre par suite d'un rapport de forces, d'une négociation politique, d'une délibération. C'est un événement positif, un moindre mal, mais il suffit que les conditions de cette paix ne soient plus remplies, pour que la violence revienne - et cela finit toujours par arriver. Quand elle ne résulte que d'une institution juridico-politique, une paix n'est que provisoire, elle n'est que l'attente d'une autre guerre. La paix dite "perpétuelle" de Kant entre dans cette catégorie.

 

2. Déclarer la paix.

Comment définir un concept de paix qui ne dépendent pas d'une situation qui peut toujours évoluer? Il faut un coup de force éthique, une déclaration de paix à la manière de Lévinas. L'accueil de l'autre, l'hospitalité, seraient ancrés dans un désir infini, eschatologique. C'est le concept même du politique qui est transformé, converti. La paix ne s'instaure plus dans le politique (au sens traditionnel), mais au-delà.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La paix kantienne ne peut être qu'instituée, juridico-politique; mais alors elle n'est pas perpétuelle, ce n'est pas une véritable paix

-

Par un coup de force qui n'est autre qu'une déclaration de paix, la déclaration de la paix même, Lévinas invente un nouveau langage qui ouvre à l'hospitalité

-

Tout commence par la paix, par l'accueil du visage de l'autre dans l'hospitalité; l'hostilité, la guerre, l'allergie, dérivent de l'oubli ou du rejet de cette bonté an-archique

-

Un concept est indestructible dans son identité et l'unité de son noyau sémantique; mais tout concept, par exemple "politique" ou "paix", ouvre au-delà des murs, "au-delà-dans"

-

La paix est l'état de choses dans lequel l'hostilité naturelle des hommes entre eux se manifeste par des créations et non par des destructions

-

La paix n'est ni la fin des combats, ni la cohérence des éléments disjoints, mais l'unité de la pluralité

-

"À partir du jour de la publication de la paix générale, la peine de mort sera abolie dans la République française"

-

Seule l'eschatologie de la paix messianique peut se superposer à l'ontologie de la guerre

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Eutocie
ProPaix

AA.BBB

CP_ProPaix

Rang = zQuois_Paix
Genre = -