Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Sur l'art contemporain                     Sur l'art contemporain
Sources (*) : Une éthique du retrait               Une éthique du retrait
Dominique Baqué - "Pour un nouvel art politique, de l'art contemporain au documentaire", Ed : Flammarion, 2004, p175 Singularité de la Shoah

Lorsqu'il se confronte à l'histoire et à la guerre, l'art contemporain tend vers des stratégies du retrait, de l'invisibilité et du silence

Singularité de la Shoah
   
   
   
Art, éthique Art, éthique
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Les oeuvres les plus caractéristiques dans cette direction sont les monuments des époux Gerz : une colonne mémorielle de la shoah qui disparaît dans le sol, des pavés gravés de noms, retournés, sur lesquels on marche sans rien voir.

La figure héroïque du journaliste témoin (du style Robert Capa), attestant d'une vérité de l'histoire, devient suspecte car la possibilité même de cette vérité se perd (p176). On ne croit plus à la transparence de l'information. Tout journaliste, surtout télévisuel, peut être assujetti aux pouvoirs. Depuis les faux charniers de Timisoara, on est dans l'ère du soupçon. Le référent est en crise (p180). Les images se brouillent. Elles s'esthétisent et s'indexent sur l'histoire de la peinture (Pieta, Madone), se conforment à l'imagerie religieuse de la compassion éthique (p182).

Une stratégie du retrait, de l'effacement, appuyée sur des moyens techniques aussi "neutres" que possible, sur la discrétion et la pudeur, sur le refus du didactisme et des effets, sur l'absence de voyeurisme, même quand on témoigne du pire, peut éviter un caritatisme trop bruyant et institutionnalisé (p187). Au Centre de réfugiés de Sangatte, Jacqueline Salmon ne montre pas l'humain, mais le lieu, dans son ingratitude et sa précarité. Sophie Ristelhueber ne montre que des blessures gravées dans le sable, et Alfredo Jaar que des "tombeaux d'images" des massacres rwandais. La lecture des images, à travers les traces, les indices, les échos indirects, est alors indissociablement une pensée et un acte (p188).

 

 

Exemple de pavé pour le monument de Jochen Gerz à Sarrebruck. La partie gravée restera invisible.

Sous chacun de ces pavés d'une place de Sarrebruck, on a gravé le nom d'un cimetière juif.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Baque_Dominique
ArtCtp

JS.KQQ

HebRetrait

WA.QIO

IVChoa

WA.FER

ArtEthique

FF.FFD

T.invisible

Rang = O
Genre = MJ - NA