Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le deuil                     Derrida, le deuil
Sources (*) : Derrida, l'être               Derrida, l'être
Jacques Derrida - "Spectres de Marx", Ed : Galilée, 1993, p30

 

Lamentation pour la mort du Christ (Sandro Botticelli, 1495) -

Derrida, l'identification

Le travail du deuil, c'est rendre présents les restes, les ontologiser, identifier les dépouilles pour savoir qui c'est et où il est

Derrida, l'identification
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Comme le roi (son père) auquel Hamlet va rendre visite, un mort est dangereux. Depuis sa tombe, le cadavre pourrait se transformer en esprit, en l'un de ces spectres qui vous regarde sans être vu, qui vous parle, vous persécute, avec lequel il faudrait s'expliquer. Pour se protéger contre cela, il y a le travail du deuil. En localisant les morts, en s'assurant qu'ils restent bien à leur place, qu'ils s'y tiennent et n'en bougent plus (la crypte), on se stabilise dans une lignée, dans une suite de générations, on les chasse. Que la sémantisation passe par la philosophie, l'herméneutique ou la psychanalyse, il s'agit toujours de la même chose : se débarrasser de la confusion ou du doute, arraisonner le spectre, l'arrêter, le conjurer, le figer dans un savoir.

Quand on réussit ce travail, il y a comme un triomphe, une jubilation. L'hétérogène est enfin éliminé, ramené à du présent, du vivant, du discours. On n'hésite pas pour cela à répéter des incantations, à les réitérer rituellement. Avec le refrain ou la rengaine, l'héritage se stabilise.

Pour être, il faut recevoir, témoigner de ce que nous sommes, entretenir les morts, s'en occuper, se laisser entretenir par eux, les jouer, les parler et leur parler, prendre leur nom et tenir leur langage.

 

 

Figurer le Christ mort dans sa nudité, c'est aussi se l'approprier. Mais son corps reste étranger, inquiétant, menacé et menaçant, inappropriable.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDeuil

BT.OLM

DerridaEtre

DI.KQQ

DerridaIdentification

HF.LLH

UDeuil

Rang = LDeuilTravail
Genre = MR - IA