Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Peindre la présence                     Peindre la présence
Une présence en plus               Une présence en plus
Estelle Davy - "Un départ sans solde", Ed : Galgal, 2007, Page ajoutée le 11 janvier 2007

 

-

Page créée le 12 novembre 2007.

Mystère dans la peinture

[Peindre la présence est inexplicable]

Mystère dans la peinture
   
   
   
Sur l'artPresence Sur l'artPresence
                 
                       

logo

 

On est tenté d'ajouter l'adjectif divine. Dans le cas de Rothko, on écrirait alors : "il peint la présence divine", ce qu'on appelle en hébreu la chekhina. Il semble qu'il lui soit arrivé de prononcer cette phrase [en tous cas, il ne la démentirait pas]. Si nous le suivions sur ce terrain, si nous ajoutions le mot supplémentaire, divin, la chose deviendrait plus rassurante, plus simple. La présence divine n'est-elle pas inexplicable, par essence? Mais je n'ai pas envie d'aller dans cette direction. Je préférerais que le mystère de la peinture de Rothko se définisse par une présence simple, immédiate et d'autant plus inexplicable. Cet artiste-là, comme d'autres, ne cherche pas à nous rassurer, au contraire. Il ne nous laisse pas en repos.

Certaines personnes sont réfractaires aux tableaux de Rothko. Elles ne ressentent rien, tandis que d'autres perçoivent quelque chose de spécial, d'indéfinissable, une émotion qui les fait revenir encore et encore. C'est cette chose que j'appelle une présence, même si en l'occurrence ce mot ne définit rien. Ce n'est pas une présence matérielle. Certes il y a des couleurs sur la toile, elle est le résultat d'un processus de fabrication. Mais ce que j'appelle ici présence n'est pas réductible à la couleur. C'est quelque chose de silencieux, d'indicible, d'extatique, quelque chose qui ne parle pas mais est sur le point de parler.

Ce n'est pas une présence statique. Elle bouge, elle naît, elle change de forme. C'est un objet vivant, dérangeant, qui témoigne d'un drame comme l'explique le peintre, mais ce drame est irracontable. Elle ne reste pas à la même place. Elle s'altère, se décale. Une différance indescriptible s'y glisse et nous met en face de l'inconnu.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Une peinture de la présence ne nous laisse pas en repos

-

Des taches de couleur multiformes, floues, sans consistance ni pesanteur, semblent pousser organiquement de l'intérieur du tableau

-

Il ne peut exister d'abstraction d'aucune sorte : chaque forme ou zone de la toile possède la même réalité vivante que la chair et les os

-

Une lumière qui émane de la toile même semble venir d'un lieu inconnu - inconnaissable

-

Comment donner à la peinture le niveau d'émotionnalité de la musique? Par la peinture

-

Une peinture "soufflée" sur la toile produit un effet extatique

-

La couleur, aussi silencieuse soit-elle, porte la voix de l'être

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Estelle
RothkoPresence

AA.BBB

ProPresence

WD.LQQ

RothkoParcours

BP.KAS

ArtPresence

UB.BRO

KR_RothkoPresence

Rang = J
Genre = -