Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Il faut à l'oeuvre un sacrifice, un retrait                     Il faut à l'oeuvre un sacrifice, un retrait
Sources (*) : Derrida, l'art, l'oeuvre               Derrida, l'art, l'oeuvre
Jacques Derrida - "Le cinéma et ses fantômes (interview dans les Cahiers du cinéma, avril 2001)", Ed : Cahiers du Cinéma, 2001, p83

 

-

Derrida, le cinéma

En se faisant, une oeuvre s'endeuille elle-même : il faut jeter, sacrifier, exclure

Derrida, le cinéma
   
   
   
Derrida, le deuil Derrida, le deuil
Derrida, le sacrifice               Derrida, le sacrifice  
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Tout film est soumis à de dures contraintes commerciales, médiatiques, financières. Il doit tenir compte de la loi filmique qui implique une soumission à l'autorité du discours. Une loi de ce type (acceptation de certaines règles d'écriture, de typographie etc.) existe aussi pour les textes et les livres, mais elle est moins dure, moins rigide. Il faut éliminer, supprimer, exclure, pour respecter la loi. Derrida parle de deuil ou de sacrifice. Pour faire une oeuvre, il faut toujours sacrifier ou faire son deuil de certains éléments (mots, images, souvenirs, etc.). Au cinéma, cela peut se traduire par des interruptions, des ellipses, des coupures, un cadrage, etc. Toute image porte des mots invisibles qu'elle ne montre pas. Elle garde un secret, elle exclut une part d'elle-même.

Cette thématique peut être généralisée : toute oeuvre fait le deuil d'une partie oubliée ou omise de ce qu'elle est, pour montrer autre chose. Elle est porteuse d'une culpabilité et d'une dette. Pour réaliser un film, pour écrire un texte, pour produire une oeuvre, l'oeuvre doit renoncer à une part d'elle-même, s'endeuiller.

A la limite, toute oeuvre est un événement apocalyptique. Elle ruine ce qu'elle met en ordre, elle implore la résurrection de ce qu'elle ruine.

 

 

 

Dans le film cité, D'ailleurs Derrida, de Safaa Fathy (dont il donnera un commentaire (avec la réalisatrice) intitulé Tourner les mots), en jouant son propre rôle, Derrida, lui aussi, exclut ou sacrifie une part de lui-même. Ce film, dit-il, est une composition, une projection de texte. C'est aussi un travail de déconstruction, qu'on peut comparer avec :

- un montage cinématographique [qui conserve certaines scènes, mais en élimine d'autres],

- l'action d'un dessinateur, qui doit substituer à un modèle (ou ce qui en tient lieu) un dessin. Dessiner, c'est sacrifier ce qui est représenté, en faire le deuil, l'oublier définitivement, pour le remplacer par une autre figure. Derrida montre dans Mémoires d'aveugle que la structure d'un dessin ou d'une peinture est sacrificielle.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
ArchiOeuvreSacrifice

DD.GAO

DerridaArt

ES.JHH

DerridaCinema

DE.LED

DerridaDeuil

QF.LLF

DerridaSacrifice

NE.LJE

UOeuvreSacrificeDeuil

Rang = OOeuvredeuilsacrifice
Genre = MH - NP