Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'écran global omniprésent                     L'écran global omniprésent
Sources (*) : Cinéma, un monde               Cinéma, un monde
Gilles Lipovetsky - "L'écran global, Culture-médias et cinéma à l'âge hypermoderne, avec Jean Serroy", Ed : Seuil, 2007, p9

 

-

[L'écran, dispositif d'image radicalement inédit inventé par le cinéma à la charnière des années 1900, est devenu global et omniprésent]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Sur l'écran lumineux se donne à voir la vie dans son mouvement même. Il n'est pas seulement une invention technique du cinéma, il est un espace magique où se projettent les désirs et les rêves du plus grand nombre. Cent ans après son invention, ses utilisations se diversifient sans cesse : télévision, jeux, ordinateurs, téléphones mobiles, assistants numériques, GPS, appareils photo, etc.... On est passé de l'écran-spectacle à l'écran-communication, de l'écran-un au tout-écran. Présent à tous moments dans les lieux publics et privés, dans les sacs des femmes, dans les poches des hommes, dans les automobiles, les stations de métro et les restaurants, etc..., miniature, graphique, nomade ou tactile, il prolifère, il exerce une séduction inégalée et capte les regards.

C'est une immense mutation culturelle qui affecte tous les aspects de l'existence. L'écran surveille, il informe, il est ludique, il fait l'ambiance, il amène la musique, le jeu, la publicité, la conversation, le savoir. Il relance sans cesse le besoin de nouveauté du public. Des multitudes d'interfaces mettent en contact les corps, les visages et les objets techniques. Le monde se dédouble et devient spectacle. L'humain devient Homo Ecranis, soumis au pouvoir de l'écranocratie (p283).

Sur l'écran, les distances s'effacent, les contenus deviennent équivalents, les oxymores se généralisent.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'écran tient moins son pouvoir de ses qualités pratiques que de la captation / fascination / séduction qu'il exerce

-

La généralisation de l'écran est une révolution copernicienne qui renverse la façon d'être au monde

-

Dans la civilisation de l'écran, le cinéma doit se réinventer sans cesse et relancer l'offre en alimentant le besoin de nouveauté du public

-

L'écran ludique est oxymorique : il unit les contraires (faux/vrai, fictif/authentique)

-

Par la publicité, manifestation de l'écranophilie hypermoderne, passent le désir de cinéma et la surenchère hyperbolique

-

L'"interface" de l'informatique et des médias ne désigne pas l'espace de rencontre entres les visages, mais le point de contact entre visage et non-visage

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lipovetsky
EcranGlobal

AA.BBB

CinemaParcours

HE.LHE

HN_EcranGlobal

Rang = L
Genre = -