Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le téléphone ouvre à l'impropre                     Le téléphone ouvre à l'impropre
Sources (*) :              
Avital Ronell - "Telephone book (Technologie, schizophrénie et langue électrique)", Ed : Bayard, 2006, p117

 

-

Le téléphone est un simulateur exemplaire du deuil et de ses désordres

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le téléphone est un monument à la gloire d'un deuil impossible : le lieu plus ou moins crypté d'une absence où l'Autre parle de ses nombreuses voix.

De résidence permanente des fantômes qu'il a été au début, il est devenu objet courant, domestique, organe attachable ou détachable - mais la technologie est inséparable de la catastrophe. La déconnexion est irréductible. Les coupures de ligne impliquent la perte et le retrait du maternel - un mode de l'oralité que le téléphone met en lumière. C'est une incorporation de l'autre. Comme du lait condensé et liquéfié, le corps de l'autre est avalé. Quand les amants condensent ce qu'ils ont à dire. Ils peuvent le faire en un baiser - mais aussi par une compression du dire, une bouchée qui (comme le dit Avital Ronell pour finir son livre), n'aura jamais été digérée.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Ronell
TelephoneImpropre

EM.LLE

T.simulation

Rang = O
Genre = MH - NP