Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le supplément                     Derrida, le supplément
Sources (*) : Platon               Platon
Jacques Derrida - "La Dissémination", Ed : Seuil, 1972, p148

 

conversation (source non connue).jpg -

Derrida, le pharmakon

Pour renverser le pouvoir, l'ironie socratique précipite un "pharmakon" au contact d'un autre ou retourne sa surface

Derrida, le pharmakon
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Socrate privilégie la parole vive et le logos. Mais l'instrument dont il se sert pour convaincre, sa voix nue, agit d'une autre façon. Elle convainc, elle fascine, elle ensorcelle comme un démon, un thaumaturge, plus efficace encore que celle des sophistes critiqués par Platon. Au pharmakon sophistique, il oppose le pharmakon socratique. Il y a là plus qu'un paradoxe, un effet de structure. Si Socrate est, lui aussi, une sorte d'empoisonneur, c'est parce qu'il manie, lui aussi, le supplément qu'il condamne quand il s'agit de l'écriture et de l'éloquence. Sa pensée n'est pas identique à elle-même. Elle se réfère à un logos (supposé transparent et innocent), mais, par l'ironie, elle le retourne, elle en fait autre chose irréductible au logos, une autre chose dont il faut se protéger par un exorcisme : le dialogue, la confrontation à l'autre.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaSupplement

FR.FFD

PlatonCheminements

FI.GII

DerridaPharmakon

GE.LEG

T.retournement

Rang = O
Genre = MK - IB