Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'âme et la voix                     L'âme et la voix
Sources (*) : Une mémoire hante l'image               Une mémoire hante l'image
Platon - "Philèbe, ou "Du plaisir"", Ed : Pléiade (OC, t2), 1950, pp591-2 (38e - 39b)

 

Codex Eclipses, detail -

La mimesis nous trompe

Notre âme ressemble à un livre : un scribe y inscrit des sensations selon la mémoire, et un peintre y peint selon les images correspondant aux paroles

La mimesis nous trompe
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Socrate s'interroge sur la différence entre une opinion vraie et une opinion fausse. Les opinions naissent de la mémoire et de la sensation. Je peux voir un rocher qui ressemble à un homme debout, et le prendre par exemple pour la statue d'un dieu. Comment vérifier?

Tout se passe comme si mes sensations avaient été écrites par un scribe sur un livre. Si le scribe a écrit des choses vraies, mes sensations sont vraies. Si le scribe a écrit des choses fausses, alors mes sensations sont fausses. Je dois m'appuyer sur le scribe, qui est un homme de métier.

Quand les choses sont éloignées des sens, il me faut un deuxième homme de métier sur lequel m'appuyer : un peintre. Il peint dans l'âme les choses désignées par le discours ou le langage intérieur. Si ces images appartiennent à un langage vrai, elles sont vraies, et réciproquement.

 

 

Dans l'édition de la Pléiade, une note (p1520) précise que ce passage a fait l'objet de nombreuses discussions. Supposons que les sensations s'écrivent directement dans l'âme. La mémoire les conserve dans un langage intérieur (celui du scribe). Le peintre peut copier ces images, parce qu'elles sont déjà inscrites.

Jacques Derrida donne une interprétation différente. L'acte de pensée de l'âme, c'est de dialoguer, de s'adresser à soi-même les questions et les réponses. Il faut pour cela un interlocuteur présent : c'est la place du scribe. Comme je n'utilise pas ma voix, elle est remplacée par un livre qui en est la métaphore. Ce livre (mon âme) prolonge une conversation intérieure.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Platon
ProAme

DL.DDO

ProMemoire

SX.XAO

ArtMimesis

LM.HHY

T.ecriture

Rang = N
Genre = MR - IB