Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Carl Einstein                     Carl Einstein
Sources (*) :                
Carl Einstein - "Georges Braque", Ed : La Part de l'Oeil, 2003,

Georges Braque (Carl Einstein, 2003) [GB]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

Texte en 7 chapitres (non titrés), publié en 1934, mais rédigé en 1931-32. Le texte est enchevêtré, on repère mal à quoi se rapporte chacun des chapitres. Carl Einstein était en exil à Paris. Quelques années plus tard (en 1940), il se suicidera.

 

Pour Carl Einstein, les oeuvres d'art, quand elles sont authentiques c'est-à-dire uniques, sont immaîtrisables. Elles accaparent inconsciemment l'énergie du sujet, comme s'il priait vers elles. Ce sont des centres réels grouillants de forces, de tensions et d'expériences vécues, qui portent l'empreinte de leur temps et ouvrent des perspectives. Le cubisme révèle que l'espace peut être modifié par un acte de voir qui n'est pas une simple vision.

En faisant de l'oeuvre un objet fermé sur lui-même, en la réduisant à des lois, des discours, des puissances sociales, l'esthétique l'emprisonne, la banalise et l'anesthésie. L'art compense l'effondrement de la métaphysique.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

Les oeuvres d'art sont des barrières provisoires et vaines à des événements non maîtrisables qui risquent de les dissoudre

La valeur biologique de l'art, c'est que chaque création provoque un accroissement du disparate et un renforcement de la tension des expériences vécues

L'artiste doit maintenant créer et déterminer un réel qui ne soit plus une interprétation, mais un fait

L'oeuvre d'art est un spectre qui s'est accaparé l'énergie du sujet et l'immortalise

Les oeuvres d'art ne continuent d'agir qu'en tant que centres grouillants de forces ou de croisement d'expériences vécues

Contrairement aux concepts, les oeuvres d'art sont des objets uniques, irréductibles à des lois

Une oeuvre d'art est importante dans la mesure où elle marque son temps et en porte l'empreinte

L'esthétisme exploite la banalité du visuel, en évitant les sources agissantes des forces

Avec le cubisme débute autre chose qu'une nouvelle peinture : l'homme n'est plus séparé du monde extérieur, mais en lui

La perspective de la Renaissance repose sur la croyance que tout acte de voir est régi par des lois

L'art religieux était pratiqué comme un rite; si le canon était enfreint, l'oeuvre d'art perdait son efficacité magique

L'histoire ouvre des perspectives à partir du point focal du présent

Les objets, ces signes conservateurs de la propriété, sont les plus dangereux véhicules des conventions

Celui qui contemple une oeuvre d'art dévie son énergie vers elle, comme celui qui prie

Lorsque, comme aux temps archaïques, la personne du contemplateur redevient inconsciente, l'oeuvre d'art acquiert la force d'un démon ou d'un spectre

L'art récupère la métaphysique en plein effondrement : au lieu de s'idéaliser à travers ses dieux, l'homme trouve dans l'oeuvre d'art la compensation de ses échecs

Depuis que les oeuvres d'art ont perdu leur sens religieux, on les considère comme des produits esthétiques autonomes et on oublie la faille qui sépare le discours du tableau

Les impressionnistes ont vu et conçu les choses comme des stimuli et des symptômes de la lumière

Le cubisme est l'effort le plus important depuis des siècles pour redéfinir le réel selon des critères optiques, à partir de l'acte de voir

En régressant vers un état primitif, l'artiste libère des énergies visionnaires, hallucinatoires, qui agissent de façon prophétique vers l'avenir

L'esthétique totalise l'oeuvre d'art en une chose autonome, apparemment close sur elle-même, qui n'a plus d'action dynamique

Avec l'esthétique, les spécialistes emprisonnent les forces vivantes de l'art, de même que les religieux se servaient autrefois des oeuvres pour conjurer les éléments

Les cubistes ont révélé que l'espace n'est qu'une partie de l'expérience humaine pouvant être modifiée à tout instant

Dans le cubisme, l'expérience de l'"acte de voir" sollicite des processus élémentaires

Georges Braque (Carl Einstein, 2003) [GB]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
EinsteinParcours

ZZ.BGA

YYA.2003.Einstein.Carl

Rang = Z
Genre = -