Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'inconscient, autre scène                     L'inconscient, autre scène
Sources (*) : Léonard de Vinci               Léonard de Vinci
Meyer Schapiro - "Style, artiste et société", Ed : Gallimard, 1982, p122

 

Esquisses du visage de la Vierge (Leonard de Vinci, 1500) -

Le style, moment créateur

La théorie freudienne ne permet pas de passer de l'expérience infantile et des mécanismes du développement psychique au style artistique de Léonard de Vinci

Le style, moment créateur
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Au-delà des nombreuses objections factuelles qu'il oppose au travail de Freud, Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci, Meyer Schapiro interroge dans son principe même la tentative freudienne. Si l'on peut interpréter tel ou tel détail de l'oeuvre à partir de l'enfance de l'artiste, peut-on y réduire le style lui-même? Le sourire de Mona Lisa, qu'on retrouve dans d'autres oeuvres de Léonard (dont certaines sont antérieures à la Joconde et d'autres concernent des personnages masculins) peut-il s'expliquer par la relation particulière de Léonard à sa mère, à ses différentes mères ou aux garçons qui s'y seraient substitués, si l'on retrouve déjà ce sourire dans certains oeuvres de Verroquio, maître de Léonard?

Par cette objection, l'historien d'art affirme sa propre compétence. Les sujets choisis ont leur histoire, leur généalogie, et aussi la façon de les représenter. Freud empiète sur cette compétence, et Schapiro ne résiste pas à la petite satisfaction de le remettre à sa juste place. Mais il doit avouer, lui aussi, une certaine impuissance. A partir du moment où les styles deviennent individuels - et c'est déjà le cas avec Verroquio, le maître de Léonard - est-il absolument scandaleux de les mettre en relation avec la personnalité des artistes?

 

 

Dans une certaine mesure, Schapiro enfonce une porte ouverte, car Freud reconnaît lui-même dans son texte (SELV p177) que l'extraordinaire capacité de Léonard à la sublimation des pulsions est inexplicable par la recherche psychanalytique. Le don artistique et la capacité de réalisation étant en rapport intime avec la sublimation, l'essence de la réalisation artistique nous est psychanalytiquement inaccessible (dit Freud). Freud ne veut pas quitter le terrain de l'investigation psychologique; la psychanalyse n'explique pas pourquoi Léonard fut un artiste, tout ce qu'elle peut faire, c'est "rendre compréhensibles les manifestations et les limitations de son art".

On a l'impression que dans ces quelques lignes, Freud reconnaît l'impossibilité de sa propre tentative. Ce qui rend la personnalité de Léonard si fascinante n'est pas seulement sa propension à la recherche, c'est la concomitance de ce désir de savoir avec un don artistique unique, et Freud ne renonce nullement au plaisir d'analyser la Joconde. En d'autres termes, le fait que Léonard ait des tendances homosexuelles ou obsessionnelles ne présente un intérêt que parce que, dans son cas, ses tendances contribuent à une création artistique inoubliable. L'énigme de Léonard réside dans son aptitude à la sublimation, pas dans l'homosexualité ni même dans la passion pour la connaissance; et l'audace de Freud, dans ce texte-là, est bel et bien d'avoir désiré expliquer certains traits stylistiques de celui qui a rendu Mona Lisa immortelle.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Schapiro
InsuCheminements

TN.LLN

VinciParcours

VF.SHI

SchapiroStyle

SF.LFF

T.artistes

Rang = P
Genre = MR - IB