Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Sur le scripteur                     Sur le scripteur
Sources (*) : "Toi aussi, Viens, écris"               "Toi aussi, Viens, écris"  
Pierre Delain - "Buées blanches sur le quai de l'Idve", Ed : Guilgal, 1988-2016, Page créée le 20 avril 2007 Laisser s'écrire un nom tout autre

"Buées blanches sur le quai de l'Idve" (Pierre Delain, 1988-2016) [MQi]

Laisser s'écrire un nom tout autre
   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

Table

L'auteur est assis sur un banc, au bord du canal de l'Idve qui franchit souterrainement Paris. Il ne pense ni n'écrit rien d'autre que ce qui a déjà été écrit. Il s'amuse à pousser toujours un peu plus loin. C'est un jeu. Prenez l'anagramme Vide/Diev : il est connu depuis longtemps, il suffisait d'un pas de plus jusqu'à l'Idve, que personne n'avait encore croisé. Pourtant le canal passait déjà sous Paris. Il en est de même pour les phrases, les mots, les lettres et les noms. Ils s'ordonnent, se recoupent, se permutent, s'interprètent, se lisent. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Ce qu'on écrit ne restera que pour autant que d'autres le liront, le citeront, le recopieront.

Les Blancs écrits sur le quai de l'Idve sont passées par différentes phases : Méditations sur le Quai de l'Idve (MQi) : Autres méditations, Ecrits silencieux, Sobres écrits, Méditations pour l'autre, etc... Mais le titre ne compte pas. Il n'est qu'un renvoi démultiplié à la tâche orlovienne infinie, qui n'est bornée que par la mort progressive et continue du scripteur. Car si le jeune et timide Pierre Klein n'est pas complètement mort, s'il survit miraculeusement, c'est au prix d'une déperdition progressive du vieux Pierre Delayin, qui n'est pas encore mort mais a toujours été mourant (merci pour lui). Je reconnais que ça n'est pas très gai mais c'est ainsi : l'écriture est une façon d'étaler l'agonie.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Dans ses thèses "Sur le concept d'histoire", Walter Benjamin fait de l'historien un prophète : en vivant son époque le regard tourné vers l'arrière, il est poussé vers l'avenir]

[De l'année où il commence à peindre (1881) à celle où il se suicide (1890), Van Gogh peint des souliers]

[Pour répondre à la généralisation des technosciences, il faut ouvrir des espaces à l'incalculable]

[Les Annonciations de Fra Angelico]

La peinture est le lieu d'une auto-affection où l'image s'entend, dans la tension d'un silence

Il y a dans l'oeuvre d'art une double mise en demeure : celle qui commande le silence, et celle qui commande de parler

La logique de l'art moderne / contemporain est auto-immunitaire : plus il affirme son autonomie, sa présence, plus il s'auto-détruit

Une lumière qui émane de la toile même semble venir d'un lieu inconnu - inconnaissable

La couleur, aussi silencieuse soit-elle, porte la voix de l'être

Les serveuses de Manet attirent le regard vers un dehors qu'elles gardent en elles-mêmes

La clôture du phonocentrisme libère la voix de sa complicité avec le logos

Si l'art juif est celui qui est fait par les artistes juifs, il n'est ni descriptible ni inscriptible dans l'histoire de l'art

Un même événement a rendu possibles (entre autres) : la psychanalyse, l'art abstrait, la guerre de 14, Dada et plus tard la Shoah

En leur offrant une place au présent, l'espace vocal prend en charge les forces d'espacement, il les domestique et les séduit

En sculptant la statue monumentale de la Cabale juive, Kiefer en fait l'idole pétrifiée de sa propre ruine (La Brisure des vases, 1990)

Pourquoi n'existe-t-il, aujourd'hui, aucune revue derridienne en langue française?

Van Gogh traitait la peinture comme une prostituée sacrée et interdite

La "voix de fin silence" entendue par le prophète Elie : une expérience d'extase mystique?

"Buées blanches sur le quai de l'Idve" (Pierre Delain, 1988-2016) [MQi]

"Quand l'embryon devient-il une personne?" (article rédigé sur la base des propositions d'Henri Atlan)

Le pharmakon s'exhibe ("Bleu Remix", de Yann Marussich)

Depuis son autoportrait, le peintre nous regarde comme la mort

Les Vieux Souliers de Van Gogh, disparates et dépareillés, nous laissent dire ce qu'ils sont

Un regard nous regarde dans la peinture, au-delà du tableau

Le peintre ne peint que son propre spectre - qui n'est plus son propre

Les traces du dessin ne sont pas vocales, elles ne peuvent pas se dire

Nous baignons dans des chiasmes et des chiasmes de chiasmes - entre dessin et écriture, texte et graphie

La peinture est noyée dans le texte, c'est un roc muet dans un océan de discours

Cachez cette langue qui ne dit plus rien de l'art!

Dans "Bird People" (film de Pascale Ferran, 2014), le moineau est la figure médiatrice qui invite à se transformer - en-deça de toute décision et au-delà de toute souveraineté

Le film d'Abdellatif Kechiche, "La vie d'Adèle", montre une bouche-hymen qui mange, lèche, suce, jouit, parle, enseigne et pleure - sans réussir à vivre

Dans le film de Barbara Loden, "Wanda" (1970), celle-ci est la figure même de l'inconditionnalité

Dans le film "Melancholia" de Lars von Trier, il y a quelque chose de nazi : l'entrée en scène d'un monde absolument dépourvu d'avenir

Rebecca Zlotowski montre dans son film "Planétarium" qu'au cinéma, la surenchère du "Je suis mort" ne s'arrête jamais

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
MQiMeditations

HM.MQI

MQiCheminements

ZC.MBB

DelayinQi

AD.LLK

YYB.1988.Delayin.Pierre

Rang = ZZ.MQi
Genre = -