Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Moshé Idel                     Moshé Idel
Sources (*) :                
Moshé Idel - "Jacques Derrida et les sources kabbalistiques", Ed : Galilée, in Judéités, Questions pour Jacques Derrida, 2003,

Jacques Derrida et les sources kabbalistiques, in Judéités, Questions pour Jacques Derrida (Moshé Idel, 2003) [JQJD]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

(Pages 133 à 156).

Selon Moshé Idel, on peut mettre en relation la Cabale avec deux aspects de la pensée de Derrida : la formulation selon laquelle "Il n'est rien en-dehors du texte", et la juxtaposition des deux approches juive et philosophique (c'est-à-dire grecque). Il fait remarquer (p138) que, en 1967, Derrida avait certainement lu un article de Gershom Scholem paru en 1956 dans la revue Diogène (n°14 et 15), car il donne une citation de R. Isaac de Berditchev qui, à cette date, n'avait été publiée dans aucune langue européenne. Or, dans le même article, figure la phrase de Rabbi Menachem Recanati, kabbaliste italien du début du XIVème siècle, selon laquelle "Il n'est rien en-dehors de la tora". Dans les Grands Courants de la Mystique Juive de Scholem (paru en 1950), on trouve aussi des allusion à Aboulafia.

Derrida sécularise les théories de la Cabale sur le texte, et aussi le tserouf d'Aboulafia.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

"Il n'est rien en-dehors du texte" soutient la Cabale, et aussi Derrida

Jacques Derrida déconstruit, comme Aboulafia, le nom commun de dieu (Adonaï) pour laisser la dérive du nom suivre son cours (Yhvh)

La Cabale fusionne l'auteur (Dieu) et le livre (la tora), tandis que Derrida résorbe l'auteur dans le texte, lui conférant son infinité

La déconstruction derridienne résulte de la sécularisation des théories de la Cabale sur le texte

Le tserouf d'Aboulafia (mystique de la permutation des lettres) repose sur une logique messianique de la déconstruction

Pour Aboulafia, la logique du tserouf est supérieure à toutes les autres logiques

Jacques Derrida et les sources kabbalistiques, in Judéités, Questions pour Jacques Derrida (Moshé Idel, 2003) [JQJD]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
IdelParcours

ZZ.JQJ

YYA.2003.Idel.MoshéGenre = -