Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Art Ctp, dissémination                     Art Ctp, dissémination
Sources (*) : La performance au bord de l'art               La performance au bord de l'art
Prigent Romulart - "L'acte rare", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 14 mai 2007

 

Un lien d'artiste (Prigent Romulart, 2011) -

Et tu seras performative, mon oeuvre

Une performance pure serait sans contenu, c'est-à-dire absolument indéterminée

Et tu seras performative, mon oeuvre
   
   
   
Oeuvre, non - savoir Oeuvre, non - savoir
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

La performance sans contenu n'est pas un acte, c'est une forme abstraite qui ne se concrétise ni dans des objets ni dans des corps (pas même celui de l'artiste). Elle ne se traduit par aucun geste, ne se rencontre nulle part. Elle n'est ni un dispositif ni une méthode. Le Sans contenu n'est pas un vide. Il ne s'agit ni de plonger dedans comme Yves Klein (vide d'ailleurs dûment photographié, ce qui suffit à le remplir), ni de mettre dans un espace vide une chaise vide et un moniteur vidéo pour inviter le spectateur à créer sa propre performance (comme le fit Vito Acconci dans Command Performance en 1974). Il s'agit d'accepter à l'avance l'imprévisibilité de l'autre. Yvonne Rainer, au début des années 60 en a donné une description assez claire. Le syntagme s'inspire du "messianique sans contenu" de Jacques Derrida. Une performance pure, c'est-à-dire sans contenu, serait une expérience absolument indéterminée, qui neutraliserait le discours courant ainsi que tous les cadres, styles et règles hérités du passé pour définir l'oeuvre d'art. La performance ainsi produite serait dite "blanche" pour indiquer qu'aucune présupposition ne prévaudrait sur les autres pour lui donner une couleur.

L'idée de blancheur ne se trouve ni dans le remarquable livre de RoseLee Goldberg sur l'art de la performance, ni dans les textes d'Yvonne Rainer. C'est une notion mallarméenne exprimée à propos du mime Paul Marguerite (soliloque muet que, tout du long à son âme tient et du visage et des gestes le fantôme blanc comme une page pas encore écrite - Mimique).

 

 

L'oeuvre d'art ne tient qu'à elle-même, elle ne se se rapporte à aucun référent. Transmise par le dadaisme et le surréalisme (entre autres), elle s'est appliquée aux danseurs new-yorkais ainsi qu'à d'autres manifestations sur lesquelles s'épingle l'étiquette art contemporain. Il est possible qu'elle se soit ensuite effacée, que les années 70 aient marqué la fin de la "fenêtre" où la performance sans contenu était possible. Gilbert & George en ont été pour une courte période et à leur insu les derniers représentants. Leur dernière performance avant qu'ils ne passent à autre chose, The Red Sculpture (1975), a été l'ultime performance sans contenu de cette époque. Après cela, la contrainte politique et/ou humaniste et/ou commerciale est revenue massivement, elle a fait main basse sur la performance avec autant d'efficacité que sur le reste de l'art. Il a fallu défendre, attaquer, dénoncer, prouver, critiquer, illustrer, amuser, rentabiliser, etc... Les contenus se sont multipliés, entassés : histoire de l'art, féminisme, autobiographie, éthique, politique, pathos. D'autres genres de performance sont advenus, et qui dit genre dit contenu. L'un d'entre eux, terriblement bavard, passe plus de temps à expliquer ses intentions qu'à agir (car il est important que le spectateur comprenne bien ce que le performer veut dire). D'autres visent la pédagogie, la provocation, l'absurdité, la pornographie, le marché de l'art, la technologie interactive ou le simple plaisir, d'autres encore semblent vouloir concurrencer les parcs de loisirs (Gonzalez-Foerster) ou les agences de voyage. Tous se rapprochent dans leur forme des media, de la publicité et du cinéma.

Mais la performance pure n'est pas morte. D'autres fenêtres s'ouvrent ou s'ouvriront. Sous-jacente, la question de l'art continue à se poser. Elle est irréductible à aucun thème. Elle s'écarte de toute récupération. Elle fait toujours retour, soit à travers l'épuration des formes traditionnelles de l'art (peinture ou musique), soit à travers de nouvelles émergences de ce qui constitue probablement la seule innovation du 20ème siècle, la performance pure.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Prigent
MQiACtp

MC.HHI

ArtPerformance

JC.JJG

ArtEvenement

PE.LEE

ArchiOeuvreSavoir

KP.LKP

QPerformance

Rang = RPerformanceContenu
Genre = DET - DET