Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'artDit                     L'artDit
Sources (*) : Art Ctp, dissémination               Art Ctp, dissémination
Achille Vanzetti - "Résister à dire", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 26 mai 2007

 

-

Courants dans l'art

[Poussées de l'artDit]

Courants dans l'art Autres renvois :
   

Sur les poussées dans l'art

   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

L'artDit est une pratique reconnue comme artistique par les moyens rhétoriques en usage dans les espaces spécialisés. Si l'on ne vous dit pas de quoi il s'agit, ce que ça représente ni comment il faut l'interpréter, vous n'y comprenez rien. Inversement, si on vous dit que c'est de l'art (nominalisme), vous le croyez.

Toute oeuvre qui pourrait être remplacée par son cartel, sa légende ou son commentaire entre dans cette catégorie. C'est le cas de l'art conceptuel et de de presque toutes les productions de Marcel Duchamp. Sans son incroyable capacité à faire parler, cette oeuvre n'existerait pas. L'oeuvre prend figure de centaure qui mélange les matériaux et les mots, mais ce sont les mots qui prévalent, les paroles et leur signification. L'artDit est une sorte d'extension monstrueuse de l'iconologie, qui finit par envahir, vampiriser et détruire l'art. A la limite, oeuvre et commentaire s'inversent, c'est l'objet exposé qui illustre le commentaire. Une composante de l'oeuvre qui se présente comme extérieure comme le cartouche, finit par englober l'oeuvre. On ne sait plus qui est l'auteur : celui qui l'a fabriquée ou celui qui rédige le cartel? Peu importe : conservateur de musée, spécialiste, critique d'art, ou l'artiste lui-même quand il raconte son travail, tous partagent la signature.

L'artDit se veut pédagogique, didactique. Il s'appuie sur une longue tradition de persuasion par la peinture. Il proclame la défense des droits de l'homme à la façon dont on défendait autrefois les droits des morts : la vérité vient du récit comme elle vient de la bouche du père (cela vaut pour toute forme de logocentrisme, y compris l'espace vocal). Cet art, qui se veut critique, est illustratif et institutionnel. Il prend la suite d'un certain discours religieux en le laïcisant. Rien n'y échappe, pas même les courants de l'art qui semblent lui être les plus opposés, comme l'Action Painting, qui exige lui aussi sa part d'explications magistrales, ou l'esthétique relationnelle, où l'oeuvre s'identifie à l'intention de l'artiste telle que lui-même l'explique (exemple : Alphaville, de Dominique Gonzalez-Foerster).

La valeur de marché des oeuvres dépend de la garantie des milieux spécialisés qui en font l'objet de leur discours.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Tout musée d'art classique et contemporain fonctionne à la gloire et sous la commande du cartouche

-

Le comble du sentencieux : des phrases obscures, énigmatiques, qui ont pour seule finalité de nous faire parler

-

[Le seul statut théorique de l'art, c'est que c'est un nom propre]

-

En reproduisant des schèmes interprétatifs déjà existants, l'art critique finit par tourner sur lui-même en une rhétorique ou une machinerie indiscernable de celle qu'il critique

-

L'art contemporain est assujetti au concept des droits de l'homme

-

Une oeuvre d'art contemporaine est une sorte de centaure mi-matériaux / mi-mots; sans les mots, les matériaux n'accéderaient pas au statut d'oeuvre

-

[Une oeuvre d'art conceptuel peut être 1/ réalisée par l'artiste; 2/ réalisée par un autre; 3/ pas réalisée du tout]

-

L'iconographie est cette branche de l'histoire de l'art qui se rapporte au sujet ou à la signification des oeuvres, par opposition à leur forme

-

Comme toute action visant à changer les rapports sociaux, l'esthétique relationnelle identifie la pratique artistique à l'intention de l'artiste

-

Chacun accède à l'espace vocal par une ou des voix sur laquelle (lesquelles) il se règle

-

L'oeuvre étant détachée de tout référent, il n'existe aucune limite à la surenchère substitutive des marchés de l'art

-

Derrière l'usage impersonnel du hasard, du geste ou du matériau prévaut une tendance irrépressible à la rationalisation des pratiques de l'art

-

Une production d'art qui, sans expression ni sensibilité, ne tient que par son vouloir-dire, n'a de place que dans les musées

-

Alphaville (cartel d'une oeuvre de Dominique Gonzalez-Foerster, 2007)

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Achille
ArtSens

AA.BBB

MQiACtp

PB.FFL

ArtCourants

LU.LLU

HU_ArtSens

Rang = zQuois_ArtDit
Genre = -