Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Sur l'artChose                     Sur l'artChose
Sources (*) : Art Ctp, dissémination               Art Ctp, dissémination
Elena Terblom - "L'ourlet de la Chose", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 27 juillet 1997

 

-

Courants dans l'art

[Poussées de l'artChose]

Courants dans l'art Autres renvois :
   

Sur les poussées dans l'art

   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Une longue tradition étaye l'affinité entre la chose et l'art. La Chose (avec un grand C) a un côté mystérieux, indicible, qui résonne avec le caractère indéfinissable de l'art. Entre fascination, sidération et facilité, nous en jouissons. Nous nous délectons de son éloignement, de son altérité. Inutile de la décrire, de la comprendre ou de l'interroger. Inutile de discourir. Voici l'oeuvre, elle se suffit à elle-même. De la pomme de Cézanne au prurit émotionnel de Van Gogh, le discours traditionnel de l'art s'est longtemps appuyé sur cette tradition mystique. Mais l'art-chose est autre chose. Il ne se nourrit pas de la représentation, mais de sa crise, sa négation, sa désagrégation, jusqu'à l'absurde et au dégoût, à l'incompréhension la plus radicale, celle qui ne laisse même plus de place à la question.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La chose que vous regardez [l'oeuvre] n'a que faire de mon discours et s'en passe fort bien

-

Le référent est inépuisable : c'est la chose qui se tait, appelle et ne répond jamais; c'est l'autre, le signe de l'altérité absolue

-

[The Pocket Size Tlingit Coffin] : Un modèle en art est fait pour disparaître; c'est une origine fictive, un référent fantasmatique, qui hante les copies qui en restent

-

Dans la peinture de Cézanne, le tableau n'est spectacle de rien : il montre comment les choses se font choses et le monde monde

-

[Une oeuvre déliée du logocentrisme viendrait à la place du dégoûtant : irreprésentable, innommable, elle serait impossible à arrêter, même par le mot qui la désigne]

-

A l'impressionnisme qui dissoud l'objet dans la sensation, Van Gogh oppose le réel émotionnel des choses

-

[On parle de "crise de la représentation" quand la chose revient à la place du signe pour déloger celui-ci, ou le bousculer]

-

Un art tout-autre ne se laisserait ni questionner, ni nommer, ni arraisonner, son énergie resterait inassimilable et absolument refoulée

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Elena
ArtChose

AA.BBB

MQiACtp

PS.LLS

ArtCourants

LH.LLH

JH_ArtChose

Rang = zQuois_ArtChose
Genre = -